Tsukushi「つくし、ツクシ」: la prêle japonaise

Tsukushi「つくし、ツクシ」: la prêle japonaise annonce la floraison des cerisiers

Tsukushi : plante sauvage du Japon


Reconnaitre les plantes sauvages comestibles est un véritable atout pour découvrir ce que nous offre Mère Nature. Que vous soyez passionné ou non par les plantes et leurs bienfaits, vous passez chaque jour à côté de nombreuses plantes sauvages sans le savoir. Ces plantes peuvent être le moyen de connaître des remèdes naturels pour se soigner ou améliorer son bien-être (avec les recommandations pour éviter une intoxication ou un empoisonnement).La prêle des champs : des proprietés phytotherapeutiques

A l’occasion du printemps, il est possible de découvrir de nombreuses plantes qui vont enjoliver nos champs et nos forêts, mais aussi colorer nos assiettes et réveiller nos papilles.

Pour illustrer cette renaissance annuelle, je vous propose de découvrir l’une des plantes dans la campagne japonaise, à proximité de Fukuoka, dans la région de Kyushu, au sud du Japon. Je suis allé ramasser de la prêle sauvage (Equisetum japonicum) nommée Tsukushiつくしツクシ」sur les conseils de plusieurs amis âgés de la région passionnés par la nature et les plantes.

La particularité du Tsukushi est aussi d’annoncer le printemps au Japon. Tout comme l’arrivée des fleurs de pruniers, cette période se situe juste avant l’incontournable floraison des cerisiers du Japon (Ohanami). Un moment crucial et très festif dans la vie du Japon et des Japonais.

Tsukushi「つくし、ツクシ」: la prêle japonaise
Tsukushi「つくし、ツクシ」: la prêle japonaise © Blog Nutrition Santé / Jimmy Braun 2017

Enrichissez vos connaissances auprès des personnes âgées


S’il vous arrive d’être dans la campagne japonaise et que vous avez un ami Japonais, un voisin, ou une connaissance, n’hésitez pas à lui demander comment reconnaître et ramasser les plantes et légumes sauvages. Les personnes les plus âgées sauront vous conseiller sur les plantes et les légumes sauvages comestibles.

En effet, au Japon, il y a de nombreuses plantes et légumes sauvages, ou légumes de montagne comme on les appelle en japonais, dont une grande partie a été des aliments de base pour les personnes pauvres, mais aussi une vraie délicatesse gustative dans la cuisine japonaise raffinée.

Plantes sauvages et santé : les bienfaits de la prêle


Prêle reconstituanteLes usages médicinaux de la prêle des champs sont nombreux, et tout comme pour les champignons, il est indispensable de bien connaître les variétés afin d’éviter une intoxication ou un empoisonnement. A l’instar des pissenlits, que l’on peut manger en salade notamment dans les Vosges (dans l’Est de la France), la prêle des champs japonaise comestible (« tsukushi », nommée aussi « queue de cheval » ou « queue de renard », famille des « sugina », en japonais スギナ) se ramasse facilement et peut se cuisiner de différentes façons.

Aujourd’hui, de nombreux jeunes citadins ne connaissent plus ces plantes faciles à trouver, tellement délicieuses, et bénéfiques pour la santé (souvent en prévention). Il semble donc très intéressant de replacer la nature au centre de notre vie, encore plus avec l’intrusion du numérique à tous les niveaux de notre quotidien.

De nombreuses plantes et légumes sauvages peuvent par exemple vous sauver la vie si vous êtes perdu en forêt ou en montagne, et ce sera un moyen d’éviter de vous intoxiquer.

Pour savoir comment et où ces plantes poussent et comment les préparer, il est nécessaire de rencontrer et échanger avec des personnes âgées. Cette démarche est donc aussi sociale et permet de continuer le devoir de transmission que de nombreuses personnes essayent de défendre.

C’est tellement amusant, sain et bénéfique de sortir et de recueillir les plantes et légumes frais dans les montagnes et les forêts du Japon (et d’ailleurs !).

Comment préparer la prêle des champs japonaise ?


Tsukushi「つくし、ツクシ」Pour préparer votre récolte de Tsukushi, ramassées lors d’une balade dans les prairies, voici quelques idées de recettes faciles à préparer. L’important est de bien nettoyer la récolte dès que vous êtes certain qu’il s’agit de prêle comestible. Vous pouvez cuire la prêle à la vapeur, dans l’eau bouillante, comme des asperges, ou directement dans un cuiseur de riz (ricecooker).

Ne prenez que les jeunes prêles (dont la tête n’est pas ouverte) et coupez-les un peu au-dessus du sol, de sorte à n’avoir que la tige et la tête. Rincez-les soigneusement et enlevez les coquilles extérieures (nommées « hakama »). Elles ressemblent à de petites couronnes. L’une des recettes simples est de tremper votre récolte de Tsukushi avec un peu sauce soja, de Mirin et une pincée de sel pendant environ 30 min.

Tsukushi「つくし、ツクシ」
Tsukushi「つくし、ツクシ」et Udon

En attendant, laver du riz soigneusement et le mettre dans le cuiseur à riz. Ensuite, il suffit d’ajouter le Tsukushi avec le mélange de sauce et de laisser le tout cuire jusqu’à ce que le riz soit tendre et toute l’eau soit disparue.

Vous pouvez faire également un Tsukushi Onigiri, Tsukushi Tempura ou une préparation sous forme d’omelette.

Pour ma part j’ai opté pour une recette simple comme sur la photo ci-dessus. Une recette composée de Tsukushi légèrement cuits à la vapeur, puis trempées dans un bouillon (dashi, mirin, poireau, sel rose de l’Himalaya) avec un bol de Udon (うどん/饂飩).

Ces pâtes sont, avec les soba, les plus consommées au Japon. Préparées avec de la farine de blé tendre (froment), elles accompagnent de nombreux plats ou peuvent se déguster comme plat principal.


Rappel sur quelques propriétés de la prêle des champs


  • Re-minéralisante
  • Diurétique
  • Cicatrisante
  • Lithotriptique
  • Hémostatique
  • Astringente du système génito-urinaire
  • Anti-dégénérative
  • Anti-cancéreux
  • Tonique pulmonaire
  • Accélère la circulation dans les tissus conjonctifs et en améliore leur résistance et leur élasticité
  • Apaise certaines irritations cutanées comme l’eczéma
  • Anti-fongique contre certaines maladies à champignons des plantes (très utilisée en culture biologique)
  • Répulsive sur certains insectes, et des ravageurs des plantes.

Enfin, pour enrichir vos connaissances sur les plantes, n’hésitez pas à découvrir les sites Botinacus http://www.botanicus.org/, Infoflora https://www.infoflora.ch/fr/, Digitale2 http://digitale.cbnbl.org/, Tela Botanica http://www.tela-botanica.org/page:identification_plantes?langue=fr ou Plantes Sauvages http://plantes-sauvages.com/user/recherche/index.php

 

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun Mars 2017

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s