L'altruisme est profondément enraciné dans notre cadre évolutif, neuronal et génétique

L’altruisme est profondément enraciné dans notre cadre évolutif, neuronal et génétique

L’amour peut nous pousser à faire des choses parfois incroyables, surprenantes et folles.

Mais pourquoi l’amour nous incite souvent à adopter un comportement contre-intuitif ?

Comme par exemple en plaçant le bien-être de nos proches au-dessus du nôtre, « juste par amour ».

Un tel altruisme préoccupe et intrigue la communauté scientifique depuis longtemps.

Altruisme mon amour !

Altruisme mon amour !


L’altruisme est un mécanisme neurocomportemental enraciné dans l’évolution et conservé qui permet de répondre aux besoins des autres et pour soi.

Dans une étude publiée dans la revue Behavioral Neuroscience de février 2019, des chercheurs s’attardent sur ce sujet passionnant et complexe qui concerne tout le monde.

Les chercheurs expliquent que, l’idée est que ce type d’altruisme a évolué dans le type social en tant que stratégie pour la survie des parents.

En effet, des gènes ont une persistance impressionnante, peut-être pas à travers les enfants d’un individu, mais à travers ceux de leur parent, qui possèdent une génétique similaire.

Ainsi, pour assurer à vos proches la transmission de certains de vos propres gènes.

Liens neuronaux et génétiques de l'altruisme

Liens neuronaux et génétiques de l’altruisme


Les chercheurs expliquent qu’« il serait logique que les gens soient investis dans le bien-être de leurs partenaires parce qu’ils veulent vivre longtemps, heureux et en bonne santé. Donc, être altruiste envers leur partenaire est un investissement dans leur progéniture, dans le cas des jeunes mariés ».

Ils ajoutent que « répondre à un enfant de manière désintéressée fait partie d’une relation enfantine, et que selon le lien qui unit les parents et leurs enfants, l’altruisme est essentiel. C’est un soin important. »

Des phénomènes aussi nuancés que l’amour et l’altruisme impliquent beaucoup de chimie en particulier avec certaines hormones.

  • L’ocytocine, qui est notamment un neurotransmetteur qui soulage les douleurs, s’est imposé dans la conscience populaire en tant que « hormone de câlin« , de l’amour, de la confiance et du lien conjugal et social. Cette hormone joue un rôle dans la confiance, l’empathie et l’attachement.
  • La vasopressine, une hormone que les scientifiques ont également mise en relation avec le comportement des liaisons par paires, est moins connue. En biologie, un lien de paire est la forte affinité qui se développe chez certaines espèces entre un couple reproducteur composé d’un mâle et d’une femelle, conduisant à la production et à l’élevage de petits et potentiellement à une liaison à vie.
La sensibilité à l’ocytocine

L’équipe a testé chaque participant afin de déterminer deux variantes génétiques, l’une impliquée dans la sensibilité à l’ocytocine et l’autre liée à la sensibilité à la vasopressine.

Ceci leur a permis une mesure du niveau général d’empathie et d’altruisme de chaque personne envers leur partenaire.

Les chercheurs ont ensuite suscité une réaction émotionnelle avec différents types de stimuli. Ils ont pu analyser les participants avec une application de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) permettant de visualiser, de manière indirecte, l’activité cérébrale.

De la sorte, ils ont constaté que « lorsque les participants ressentent un fort sentiment d’empathie envers une personne représentée sur une photo, l’émergence de l’émotion et la mémoire émotionnelle s’illuminent. C’est presque comme si le cerveau réagissait de manière à signaler qu’il est important de faire attention. »

L'émotion et la mémoire émotionnelle

De plus, les individus présentant des variations génétiques qui les rendent plus sensibles à ceux-ci les hormones ont présenté des réactions émotionnelles plus fortes à tous les niveaux.

Les chercheurs suggèrent également que nos cerveaux ont des voies de déviation spécifiquement reliées aux comportements d’attachement.

Certains de ces comportements d’attachement sont peut-être assez âgés, et certaines de ces voies d’attachement ont montré une activité même lorsque les participants ont vu le visage de l’étranger, fournissant des preuves des notions complexes d’empathie et d’altruisme en jeu chez les humains.

Les notions complexes d'empathie et d'altruisme

Les chercheurs explorent actuellement la façon dont les approches corps-esprit comme le yoga influencent la façon dont les individus réagissent aux partenaires aux prises avec des problèmes de mémoire.

« Il est important que nous pensions à ceci et à ces comportements au-delà de l’amour », soulignent les auteurs.

« Quand les gens pensent aux relations, ils ont tendance à penser que l’amour romantique est vraiment important. Mais nous avons oublié certains des autres aspects et des raisons importantes pour lesquelles les gens sont ensemble, et aiment prendre soin les uns des autres ».

« On pense que ce comportement est enraciné dans le soin de la progéniture et est plus important dans les relations de parenté et proches, mais en réalité il s’étend également à d’autres. »

Les bases neurales et hormonales de l'altruisme

« Les résultats montrent que les bases neurales et hormonales de l’altruisme dans les liaisons par paires peuvent être conservées phylogénétiquement, mais génétiquement variables, et promouvoir la stabilité des liaisons par paires et améliorer la survie et la coopération de l’espèce ».

En conclusion, ils expliquent qu’« au-delà de l’amour romantique, nous vivons longtemps ensemble. L’altruisme est profondément enraciné dans notre cadre évolutif, neuronal et génétique ».

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Mars 2019

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires. Lire la suite.

Participez à la sortie de mon livre prévue à la rentrée 2019 ! Prenez 10 minutes pour répondre à un questionnaire sur les habitudes alimentaires. Je vous remercie infiniment pour les réponses que vous pourrez y apporter. Voici le lien du questionnaire que vous pouvez aussi partager : https://goo.gl/forms/0v3qXWFXUkPgX0Q53

Sources externes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.