Le sperme humain réagit rapidement selon la qualité du régime alimentaire

Le sperme humain réagit rapidement selon la qualité du régime alimentaire

Depuis des décennies des études épidémiologiques signalent une baisse mondiale de la qualité du sperme chez les hommes en bonne santé.

Ainsi, il est devenu de plus en plus urgent de mieux comprendre les facteurs qui affectent la qualité du sperme chez l’homme.

Les bienfaits du régime méditerranéen pendant la grossesse

Régime alimentaire et qualité du sperme


Le sperme est influencé par l’alimentation et les effets se produisent rapidement. Telle est la conclusion d’une étude publiée dans la revue PLOS Biology le 26 décembre 2019.

Cette étude donne un nouvel aperçu de la fonction du sperme et peut à long terme contribuer à de nouvelles méthodes de diagnostic pour mesurer la qualité du sperme.

Les chercheurs remarquent que le régime alimentaire influence la motilité (faculté de se mouvoir que possède un corps ou une partie du corps) des spermatozoïdes.

L’étude révèle des effets rapides qui sont perceptibles après une à deux semaines de changement de régime alimentaire.

D’autre part, la qualité du sperme peut être affectée par plusieurs facteurs environnementaux et de style de vie. Par exemple, l’obésité ou le diabète de type 2, sont des facteurs de risque bien connus de mauvaise qualité du sperme.

Phénomènes épigénétiques et sperme

Phénomènes épigénétiques et sperme


Le groupe de recherche qui a réalisé la nouvelle étude s’intéresse aux phénomènes épigénétiques, qui impliquent des propriétés physiques ou des niveaux d’expression génique changeant, même lorsque le matériel génétique, la séquence d’ADN, n’est pas modifié.

Dans certains cas, de tels changements épigénétiques peuvent entraîner le transfert de propriétés d’un parent à sa progéniture via le sperme ou l’ovule.

Dans une étude précédente, les scientifiques ont montré que les mouches des fruits mâles qui avaient consommé un excès de sucre peu de temps avant l’accouplement produisaient plus souvent une progéniture en surpoids.

Des études similaires sur des souris ont suggéré que de petits fragments d’ARN appelés tsRNA jouent un rôle dans ces phénomènes épigénétiques qui apparaissent dans la prochaine génération.

Ces fragments d’ARN sont présents en quantités inhabituellement importantes dans le sperme de nombreuses espèces, y compris les humains, les mouches des fruits et les souris.

Jusqu’à présent, leur fonction n’a pas été examinée en détail. Les scientifiques ont émis l’hypothèse que les fragments d’ARN dans le sperme pourraient être impliqués dans des phénomènes épigénétiques, mais il est trop tôt pour dire si c’est le cas chez l’homme.

Les spermatozoïdes réagissent rapidement aux changements de régime


La nouvelle étude a été lancée par les chercheurs pour déterminer si une consommation élevée de sucre affecte les fragments d’ARN dans le sperme humain.

L’étude a examiné 15 jeunes hommes en bonne santé, non-fumeurs, qui ont suivi un régime alimentaire élaboré par les scientifiques pendant deux semaines.

Le régime était basé sur les recommandations du régime nordique (NNR), puis pendant la deuxième semaine, les chercheurs ont ajouté du sucre, correspondant à environ 3,5 litres de boissons gazeuses, ou 450 grammes de confiseries, chaque jour.

La qualité du sperme et d’autres indicateurs de la santé des participants ont été étudiés au début de l’étude, puis après la première semaine, au cours de laquelle ils ont suivi une alimentation saine, et après la deuxième semaine lorsque les participants avaient en outre consommé de grandes quantités de sucre.

Au début de l’étude, un tiers des participants avaient une faible motilité des spermatozoïdes. La motilité est l’un des nombreux facteurs qui influencent la qualité des spermatozoïdes, et la fraction de personnes ayant une faible motilité des spermatozoïdes dans l’étude correspondait à celle de la population générale.

Les chercheurs ont été surpris de découvrir que la motilité des spermatozoïdes de tous les participants est devenue normale au cours de l’étude.

Ainsi, l’étude montre que la motilité des spermatozoïdes peut être modifiée en peu de temps et semble être étroitement liée au régime alimentaire.

Cela a des implications cliniques importantes même si ce n’est pas possible de dire si c’est le sucre qui a causé l’effet, « car il peut être une composante du régime alimentaire sain de base qui a un effet positif sur le sperme », expliquent les auteurs.

Enfin, les chercheurs ont également constaté que les petits fragments d’ARN, qui sont liés à la motilité des spermatozoïdes, ont également changé.

Les auteurs prévoient maintenant de poursuivre les travaux et de rechercher s’il existe un lien entre la fertilité masculine et les fragments d’ARN dans le sperme. Ils détermineront également si le code ARN peut être utilisé pour de nouvelles méthodes de diagnostic pour mesurer la qualité du sperme pendant la fécondation in vitro.

Paroles d’expert : sperme et alimentation

Premièrement, il faut savoir que l’obésité diminue la motilité et le nombre de spermatozoïdes. Si vous souffrez d’obésité, la perte de poids est la première étape à franchir. Ensuite, la consommation excessive d’alcool, de caféine et de tabac diminuent également la fertilité de même que les acides gras saturés (charcuterie, pâtisseries, viennoiseries, beignes, croissants, frites et fritures, biscuits, craquelins, etc.). Augmenter votre consommation de légumes et fruits, de préférence bio mais également de poissons gras et de fruits de mer. Aussi, il a été démontré dans certaines études que la combinaison zinc et acide folique augmenterait le nombre de spermatozoïdes. Les principales sources alimentaires de zinc sont les viandes et substituts, les huîtres, le lait, le yogourt, les céréales de son et le germe de blé, les légumes verts ainsi que les noix et noisettes. Les principales sources alimentaires d’acide folique sont: foie, lentilles, œuf et épinards.

Audrey Cyr, nutritionniste, via Passeport Santé

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Janvier 2020

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


Daniel Nätt, Unn Kugelberg, Eduard Casas, Elizabeth Nedstrand, Stefan Zalavary, Pontus Henriksson, Carola Nijm, Julia Jäderquist, Johanna Sandborg, Eva Flinke, Rashmi Ramesh, Lovisa Örkenby, Filip Appelkvist, Thomas Lingg, Nicola Guzzi, Cristian Bellodi, Marie Löf, Tanya Vavouri, Anita Öst. Human sperm displays rapid responses to diet. PLOS Biology, Décembre 2019; 17 (12): e3000559 DOI: 10.1371/journal.pbio.3000559, https://doi.org/10.1371/journal.pbio.3000559

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.