Les bienfaits du jeûne intermittent sur la santé et le vieillissement

Les bienfaits du jeûne intermittent sur la santé et le vieillissement

Depuis le début des années 2010, le jeûne intermittentintermittent fasting (IF) en anglais — a le vent en poupe auprès de nombreuses personnes dans le monde entier.

En effet, cette tendance de régime alimentaire est devenue une véritable mode, promut notamment par certaines stars et de nombreux grands médias.

Cependant, cette popularité grandissante n’est pas qu’un coup médiatique juteux financièrement.

Effectivement, les preuves s’accumulent selon lesquelles le jeûne intermittent 18:6 — manger pendant une période de 6 heures et jeûner pendant 18 heures — peut avoir de nombreux effets positifs sur la santé.

D’après les chercheurs, le jeûne intermittent comme le « 18:6 » peut déclencher un mécanisme métabolique qui fait passer l’énergie basée sur le glucose à l’énergie basée sur la cétone.

Ceci s’accompagnerait d’une résistance accrue au stress, une longévité augmentée et une incidence réduite de maladies telles que l’obésité et le cancer.

Les preuves scientifiques appuient-elles les affirmations faites pour ces régimes ?

Les preuves scientifiques appuient-elles les affirmations faites pour ces régimes ?


Dans un article de synthèse publié le 26 décembre 2019 dans la revue New England Journal of Medicine, des chercheurs révèlent de nouveaux résultats sur les bienfaits du jeûne intermittent.

Les auteurs ont étudié l’impact sur la santé du jeûne intermittent pendant 25 ans et certains membres de l’équipe l’ont adopté eux-mêmes depuis presque deux décennies.

Ils confirment que le jeûne intermittent pourrait faire partie d’un mode de vie sain et affirment que ce nouvel article vise à clarifier les applications scientifiques et cliniques du jeûne intermittent de manière à aider les médecins à guider les patients qui souhaitent l’essayer.

Les régimes à jeun intermittents se répartissent généralement en deux catégories.

L’une ou l’alimentation quotidienne est consommée sur une durée limitée, avec une plage horaire de 6 à 8 heures.

L’autre, un soi-disant jeûne intermittent nommé « jeûne intermittent 5:2 », dans lequel les gens se limitent à un repas modéré deux jours par semaine.

Des études de plus en plus précises sur le jeûne intermittent


Une série d’études (animales et humaines) ont montré que l’alternance entre les périodes de jeûne et d’alimentation favorise la santé cellulaire.

Ceci serait probablement dû au déclenchement d’une adaptation séculaire aux périodes de pénurie alimentaire.

Un tel changement se produit lorsque les cellules utilisent leurs réserves de carburant à base de sucre rapidement accessible et commencent à convertir les graisses en énergie dans un processus métabolique plus lent.

Des études ont montré que ce commutateur améliore la régulation de la glycémie, augmente la résistance au stress et supprime l’inflammation.

Dans l’article, les auteurs notent que quatre études sur des animaux et des humains ont révélé que le jeûne intermittent a également diminué la pression artérielle, les taux de lipides sanguins et la fréquence cardiaque au repos.

Le jeûne accélère le métabolisme et a des effets anti-âges

De plus, les preuves s’accumulent également sur le fait que le jeûne intermittent peut modifier les facteurs de risque associés à l’obésité et au diabète.

En effet, des études ont montré que des femmes en surpoids suivaient le régime de jeûne intermittent 5:2 perdaient le même poids que les femmes qui limitaient les calories, mais avaient notamment une meilleure sensibilité à l’insuline.

Plus récemment, des études préliminaires suggèrent que le jeûne intermittent pourrait également bénéficier à la santé du cerveau.

Un essai clinique a révélé en 2019 que des adultes sains et non obèses qui ont maintenu un régime hypocalorique pendant deux ans ont montré des signes d’amélioration de la mémoire dans une batterie de tests cognitifs.

Alors que beaucoup plus de recherches doivent être effectuées pour prouver les effets du jeûne intermittent sur l’apprentissage et la mémoire, les auteurs disent que « si cette preuve est trouvée, le jeûne, ou un équivalent pharmaceutique qui l’imite, peut offrir des interventions qui peuvent empêcher la neurodégénérescence et démence ».

Jeûne et horloges circadiennes

Le jeûne intermittent dans les futures recommandations nutritionnelles ?


D’après les chercheurs, il serait possible de bientôt envisager d’ajouter des informations sur le jeûne intermittent aux programmes des facultés de médecine en plus des conseils standard sur une alimentation saine et l’exercice.

Enfin, les auteurs reconnaissent qu’ils ne comprennent pas pleinement les mécanismes spécifiques de la commutation métabolique et que certaines personnes ne peuvent pas ou ne veulent pas adhérer aux régimes de jeûne.

Néanmoins, ils expliquent qu’avec des conseils et de la patience, la plupart des gens peuvent les intégrer dans leur vie.

Effectivement, il faut du temps pour que le corps s’adapte au jeûne intermittent et dépasse les fringales et l’irritabilité qui l’accompagnent.

Les personnes doivent être informées que la sensation de faim et d’irritabilité est courante au début et passe généralement après deux semaines à un mois, le temps que le corps et le cerveau s’habituent à ce nouveau comportement alimentaire.

Ainsi, pour gérer cet obstacle, les chercheurs suggèrent d’augmenter progressivement la durée et la fréquence des périodes de jeûne au cours de plusieurs mois, et d’en parler avec un professionnel de la santé (bien informé sur le sujet) pour avoir un soutien et éviter des désagréments.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Janvier 2020

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


Rafael de Cabo, Mark P. Mattson. Effects of Intermittent Fasting on Health, Aging, and Disease. New England Journal of Medicine, Décembre 2019 ; 381 (26): 2541 DOI: 10.1056/NEJMra1905136, https://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMra1905136

Anton SD, Moehl K, Donahoo WT, et al. Flipping the Metabolic Switch: Understanding and Applying the Health Benefits of Fasting. Obesity (Silver Spring). 2018;26(2):254–268. doi:10.1002/oby.22065

Photos © Oladimeji Ajegbile ; Engin Akyurt ; Vegan Liftz

Une réflexion sur “Les bienfaits du jeûne intermittent sur la santé et le vieillissement

Répondre à Lukas Mrn Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.