Un traitement rapide du VIH réduirait de 96% la contraction du virus

Un traitement rapide du VIH réduirait de 96,3% le risque de contraction

Une personne infectée par le VIH qui aurait un système immunitaire relativement résistant et sain, et recevant rapidement un traitement oral d’anti-rétroviraux, pourrait avoir jusqu’à 96,3% de risques en moins d’infecter un partenaire.

Un traitement rapide du VIH réduirait de 96% la contraction du virusLes résultats d’une étude (publiée le 12 mai 2011 par la HIV Medecine Association [1]) montrent que la prévention est importante. Elle démontre que les patients infectés par le VIH stimuleraient rapidement leurs immunités à partir d’un traitement immédiat. Les personnes observées lors d’une étude se sont révélées être beaucoup plus résistantes que les personnes dont le traitement avait commencé tardivement, selon une étude au nom énigmatique : HPTN 052. (Un essai randomisé pour évaluer l’efficacité du traitement antirétroviral contre le VIH et visant à prévenir la transmission sexuelle du VIH-1 chez les couples sérodiscordants).

Parrainée aux États-Unis par le NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) et des Instituts nationaux de la santé (NIH), HPTN 052 est une étude clinique en plusieurs phases. Bien qu’elle se poursuive jusqu’en 2015 – pour extraire de nouvelles données – la phase 3 des essais cliniques a été arrêté prématurément par un conseil de surveillance de données de sécurité indépendante après avoir constaté sans équivoque que des patients infectés (hommes et femmes) par le VIH – et traités par une thérapie antirétrovirale (ART) – bénéficiaient d’une protection importante de contracter le virus à leurs partenaires.

Même si les avantages de prévention de traitement du VIH ont longtemps été supposé, ce résultat clinique représente la première grande échelle, randomisée et contrôlée démontrant que la thérapie antirétrovirale peut réduire le risque de transmission sexuelle du VIH.

Débutée à partir de 2007 auprès de treize sites d’étude dans neuf pays – dont le Botswana, le Brésil, l’Inde, le Kenya, le Malawi, l’Afrique du Sud, la Thaïlande, les États-Unis États et le Zimbabwe – l’étude est basée sur 1.763 couples « discordants », c’est à dire que l’un des partenaires est infecté par le VIH et l’autre ne l’est pas.  Les participants infectés par le VIH ont été jugés relativement sains avec un taux de lymphocytes CD4 compris entre 350 et 550 cellules/mm3 et l’absence de toute complications liées au SIDA, comme la pneumonie à Pneumocystis dans les 60 jours du début de l’étude.

« Avec ces résultats, nous devons redoubler d’efforts pour diagnostiquer les personnes vivant avec le VIH au plus tôt« , a déclaré la présidente de la HIV Medicine Association, Kathleen Squires. « Nous avons maintenant une preuve supplémentaire que le traitement est efficace, non seulement pour l’individu, mais aussi en aidant directement réduire la propagation de cette maladie. » souligne Kathleen Squires.

« La confirmation de l’effet protecteur du traitement sur la transmission du VIH à leurs partenaires sexuels est un pas de géant face à l’épidémie du VIH », a déclaré Wafaa El-Sadr [1/2] membre du comité consultatif scientifique, et directrice de l’ICAP (International Center for AIDS Care and Treatment Programs). « La découverte d’un effet protecteur du traitement du VIH sur le développement de la tuberculose extra-pulmonaire (La tuberculose est le tueur n°1 des personnes atteintes par le VIH dans le monde, ndlr.) peut jouer un rôle important pour éviter cette complication mortelle chez les personnes infectées par le VIH. » a affirmé Wafaa El-Sadr.

En attendant que ces essais cliniques portent de nouveaux espoirs, n’omettons pas de soutenir Sidaction, de soutenir les personnes atteintes et de se protéger (achetez des préservatifs!) sans compromis, aucun.

©

Sources : [1] Communiqué de presse sur l’étude : Study Shows Early HIV Treatment Prevents New Infections and Preserves Health & HPTN 052 / [2] Wafaa El-Sadr (biographie) 

Sida Info Service
Vous avez pris un risque ? Vous avez un doute ? Une question ? SIDA INFO SERVICE est un service d’écoute anonyme, confidentiel et gratuit permettant de répondre aux interrogations liées au VIH/sida et aux IST. Ouvert 24heures/24. Tous les jours.
Site : http://www.sida-info-service.org ou appeler le 0 800 840 800

2 réflexions sur “Un traitement rapide du VIH réduirait de 96,3% le risque de contraction

  1. Ce traitement pourrait être une solution majeure pour faire disparaître le VIH de nos populations. En ralentissant la transmission du virus, le nombre de personnes infectées va tendre à diminuer et ce jusqu’à ce que le sida disparaisse. Bien sûr c’est sur du long terme, mais pour le moment aucune autre solution n’est envisageable.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s