AVC hémorragique

Café, sexe ou colère : parmi 8 facteurs identifiés dans les risques d’AVC hémorragique selon une étude

8 facteurs de déclenchement identifiés et quantifiés

Sans tirer des sonnettes d’alarme sur des précautions à prendre, une nouvelle étude sur l’AVC hémorragique (rupture d’anévrisme ou anévrysme) a été publié le jeudi 5 mai 2011 dans le journal Stroke de l’American Hearth Association. Réalisée par une équipe de chercheurs du Julius Center et du Département de Neurologie de l’Université de Médecine d’Utrecht aux Pays-Bas (UMCU), ces derniers se sont penchés sur les risques et les facteurs attribuables pour la rupture des anévrismes intracrâniens.

AVC : rupture d'anévrisme

La rupture d’un anévrisme cérébral est un événement relativement rare, mais cet événement est potentiellement dévastateur. Les chercheurs de cette étude ont tenté d’identifier les éléments déclencheurs possibles pour de telles ruptures (AVC hémorragiques), en estimant que le sexe, le café ou les coups de colère – entre autres – peuvent augmenter le risque. [1]

Apparaissant de façon anormale, sous l’influence de divers facteurs lorsque la paroi d’une artère intracrânienne se dilate, l’anévrisme cérébral se crée alors une petite poche où le sang s’accumule « puisque celle-ci communique avec le vaisseau par le biais d’un collet ». L’anévrisme cérébral se développe pour plusieurs raisons (faiblesse congénitale du tissu vasculaire, diverses  maladies, habitudes de vie, traumatisme crânien, etc.). Cet anévrisme cérébral dit « acquis » toucherait selon différentes études, « 2 à 4% de la population » [3] porteurs d’un anévrisme cérébral. La découverte de cet AVC se fait fréquemment entre l’âge de 35 ans et 60 ans (légèrement plus présent chez les femmes).

AVC et tension artérielle

On en sait peu sur les activités qui déclenchent la rupture d’un anévrisme intracrânien. Repérer ce qui déclenche la rupture anévrismale permet de comprendre la physiopathologie et facilite ainsi le développement des stratégies de prévention. L’étude a été faite au cours d’une période de 3 ans sur 250 patients (qui avaient récemment eu une hémorragie méningée résultant d’un anévrisme), pour étudier l’exposition à 30 facteurs potentiels. La cohorte de 250 personnes a été questionné sur leurs comportements durant l’année écoulée, et juste avant l’hémorragie, sur les déclencheurs potentiels, comme le tabagisme, la consommation d’alcool.

AVC hémorragique

Tous les déclencheurs d’AVC hémorragiques induisent une augmentation soudaine et brève de la tension artérielle, qui semble être une cause possible commune pour les ruptures d’anévrismes. Certains déclencheurs sont modifiables, mais d’autres études devraient déterminer si la réduction de l’exposition à ces facteurs ou si des mesures de prévention contre l’augmentation soudaine de la pression artérielle diminueraient le risque de rupture chez les patients connus pour avoir un anévrisme intracrânien.

Les résultats définissent 8 facteurs, où les risques les plus élevés attribuables à la population ciblent la consommation de café (10,6%) et l’exercice physique intense (7,9%).

  1. La consommation de café : 10.6%
  2. L’exercice physique intense et vigoureux : 7.9%
  3. Se moucher fortement : 5.4%
  4. Les rapports sexuels : 4.3%
  5. L’effort de défécation excessif : 3.6%
  6. La consommation de soda (Coca) : 3.5%
  7. L’effet de surprise, un choc émotif fort ou un geste rapide involontaire : 2.7%
  8. La colère : 1.3%

Le facteur commun? Tous ces comportements provoquent une augmentation soudaine de la pression artérielle. Cela ne signifie pas que les gens présentant un anévrisme acquis devraient essayer de supprimer toutes ces activités. Cependant « réduire la consommation de caféine ou de traiter les patients constipés avec des laxatifs peuvent réduire le risque d’hémorragie méningée. Bien que l’exercice physique a un potentiel de déclenchement, nous ne conseillons pas de s’abstenir de l’exercice physique, car il est aussi un facteur important dans la réduction du risque d’autres maladies cardio-vasculaires. » affirment les chercheurs.

©

Articles liés

Sources : [1] Étude doi: 10.1161/STROKEAHA.110.606558 via l’American Heart Journal (en anglais) / [2] Cerebral Aneurysm Fact Sheet (AVC) / [3Anévrisme Cérébral (définition) / [4] Définir l’anévrisme (Wikipédia)

4 réflexions sur “Café, sexe ou colère : parmi 8 facteurs identifiés dans les risques d’AVC hémorragique selon une étude

  1. Merci on apprend pleins de chose, car là je viens de passer une I.R.M est ils viennent de détecter un petit anévrisme de 3 mm; et j’ai r.d.v lundi 5/11 sur NANCY et comme je voulais un peu de renseignements, j’ai beaucoup appris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s