Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire

A propos du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire

Le gaspillage tout le monde y est confronté. Véritable fléau, le gaspillage touche tout ce qu’il bouge et fait de gros dégâts une fois les chiffres annoncés au niveau national et mondial. Phénomène porté en partie par la société de consommation et les nouveaux modes de consommation, tout le monde peut combattre à sa manière le gaspillage. Mieux gérer ses achats, penser les quantités et préférer faire moins que trop. Lutter contre le gaspillage c’est aussi savoir recycler, savoir réutiliser.

 Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire Dans les domaines de l’alimentation, le gaspillage ou gâchis n’est pas moindre, et si l’on fait un bilan de sa manière de consommer chez soi, on se rend compte bien vite que nous pouvons encore optimiser et rationaliser notre consommation alimentaire. Transformer des restes, apprendre à stocker et emballer, vérifier les dates et consommer les produits avec des dates de péremptions proches, les possibilités de limiter le gâchis de nos aliments est possible au quotidien, sans forcément fournir de grands efforts mais simplement avec du bon sens.

La chasse au gaspillage alimentaire n’est pas nouvelle, mais il semblerait que nos poubelles françaises soient boulimiques et méritent un bon coup de balais et de mesures strictes. C’est dans ce sens que l’État a présenté vendredi 14 juin, par la voix de Guillaume Garot, ministre délégué à l’agroalimentaire, le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Fruit d’une collaboration et d’un travail de groupe menés avec de nombreux acteurs du secteur depuis décembre 2012, les mesures qui en découlent se présentent comme les 11 commandements de la lutte contre le gaspillage. L’objectif principal : « diminuer par deux le gaspillage alimentaire dans notre pays d’ici à 2025« .

Les 11 mesures du « Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire »  :

  1. Un signe de ralliement manifestant la mobilisation de chacun pour lutter contre le gaspillage.
  2. Une journée nationale de lutte contre le gaspillage (16 Octobre), d’un prix « anti-gaspi » des pratiques vertueuses et d’une labellisation de ces pratiques.
  3. Des formations dans les lycées agricoles et les écoles hôtelières.
  4. Des clauses relatives à la lutte contre le gaspillage dans les marchés publics de la restauration collective.
  5. Une meilleure connaissance du cadre législatif et réglementaire sur la propriété et la responsabilité lors d’un don alimentaire.
  6. La lutte contre le gaspillage alimentaire dans les plans relatifs à la prévention des déchets.
  7. La mesure de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans la Responsabilité Sociale des Entreprises.
  8. Le remplacement systématique de la mention DLUO par « À consommer de préférence avant… ».
  9. Une campagne de communication sur la lutte contre le gaspillage.
  10. Une nouvelle version du site dédié, www.gaspillagealimentaire.fr.
  11. Expérimentation, sur un an, du don alimentaire par les citoyens via une plate-forme numérique, Equosphère.

Sources

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s