Les scientifiques révèlent la relation entre le sucre et le cancer

La relation entre le sucre et le cancer révélée par des scientifiques

Substance omniprésente dans de nombreux aliments du commerce, le sucre est une véritable « drogue » pour certains humains.

Nul besoin d’être scientifique pour remarquer les effets néfastes des aliments sucrés et des boissons sucrées, que ce soit sur les enfants ou les adultes. Au regard du fléau mondial du surpoids, de l’obésité ou du cancer, les chercheurs veillent à trouver les clefs d’une alimentation adaptée pour les patients, et aussi pour améliorer les recommandations de l’apport en sucres chez l’adulte et l’enfant, comme le souligne l’OMS.

Ce réel problème de santé publique a été l’objet d’un projet de recherche conjointe de neuf ans mené par plusieurs équipes de chercheurs belges. Cette étude a permis une percée cruciale dans la recherche sur le cancer. Les scientifiques ont clarifié comment l’effet Warburg, un phénomène dans lequel les cellules cancéreuses décomposent rapidement les sucres, stimule la croissance tumorale.

Cette découverte fournit des preuves d’une corrélation positive entre le sucre et le cancer, ce qui peut avoir des répercussions profondes sur les régimes sur mesure pour les patients atteints de cancer. Les résultats de recherche ont été publiés en octobre 2017 dans la revue scientifique Nature Communications. Ceci ne concerne ni les sucres présents dans les légumes et les fruits frais ni ceux naturellement présents dans le lait puisqu’il n’existe pas encore de données montrant qu’ils ont des effets nocifs sur la santé.

Consommer trop de sucre augmente le risque de maladie cardiaque même chez les personnes en bonne santé

Les méfaits du sucre sur la santé


Projet lancé en 2008, cette recherche avait pour objectif principal l’effet Warburg, ou l’observation que les tumeurs convertissent des quantités significativement plus élevées de sucre en lactate par rapport aux tissus sains. Parmi les caractéristiques les plus importantes des cellules cancéreuses, ce phénomène a été largement étudié et même utilisé pour détecter les tumeurs cérébrales, entre autres applications. Mais jusqu’à présent, on ne sait pas si l’effet est simplement un symptôme du cancer, ou une cause.

L’effet Warburg a été très étudié depuis les années soixante. Cependant, sa nature précise restait floue. Grâce à cette nouvelle étude, l’émergence de projets permettant d’explorer son potentiel thérapeutique est enfin possible.

Les édulcorants artificiels sont dangereux

Le sucre éveille les cellules cancéreuses


Bien que les recherches antérieures sur le métabolisme des cellules cancéreuses se concentrent sur la cartographie des particularités métaboliques, cette étude clarifie le lien entre la déviation métabolique et la puissance oncogène dans les cellules cancéreuses.

Cette recherche révèle comment la consommation hyperactive de sucre des cellules cancéreuses conduit à un cycle vicieux de stimulation continue du développement et de la croissance du cancer. Ces résultats permettent aussi d’expliquer la corrélation entre la force de l’effet Warburg et l’agressivité tumorale. Ce lien entre le sucre et le cancer a de lourdes conséquences. Les résultats fournissent une base pour la recherche future dans ce domaine, qui peut maintenant s’effectuer avec une attention beaucoup plus précise et pertinente.

Réduire l’apport en sucres chez l’adulte et l’enfant

La levure comme organisme modèle


La recherche sur les cellules de levure était essentielle à la découverte, car ces cellules contiennent les mêmes protéines « Ras » communément trouvées dans les cellules tumorales, qui peuvent causer le cancer sous une forme mutée. En utilisant la levure comme organisme modèle, l’équipe de recherche a examiné la connexion entre l’activité des protéines Ras et le métabolisme du sucre hautement actif dans la levure.

Les chercheurs ont observé chez la levure que la dégradation du sucre est liée par l’intermédiaire du fructose-1,6-bisphosphate (Fru-1,6-BP ou fructose-1,6-diphosphate, est un composé organique présent dans de très nombreuses cellules vivantes) à l’activation des protéines Ras qui stimulent la multiplication des cellules de levure et de cancer. Les chercheurs soulignent que ce mécanisme a été conservé tout au long de la longue évolution de la cellule de levure chez l’homme.

La levure comme organisme modèle
Fig. 1 Vue d’ensemble schématique du métabolisme initial du glucose chez la levure et son lien avec l’activation de la voie Ras-AMPc-PKA. © DOI: 10.1038/s41467-017-01019-z

Enfin, le principal avantage de l’utilisation de la levure est que les recherches n’ont pas été affectées par les mécanismes régulateurs supplémentaires des cellules de mammifères qui cachent des processus sous-jacents cruciaux. Les chercheurs ont donc pu cibler ce processus dans les cellules de levure et confirmer sa présence dans les cellules de mammifères.

Toutefois, les résultats ne sont pas suffisants pour identifier la cause primaire de l’effet Warburg. Des recherches plus approfondies sont nécessaires pour savoir si cette cause primaire est également conservée dans les cellules de levure. Mais une chose est confirmée : le sucre est un véritable poison pour les atteints de cancer et sa consommation pour les personnes en bonne santé doit rester raisonnable et non systématique. Réfléchissez-y bien à votre prochaine tasse de thé ou de café : le sucre n’est pas indispensable, c’est surtout une mauvaise habitude.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Octobre 2017


Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s