Normes de la qualité de l’eau en Europe

Qualité de l’eau en Europe : des chercheurs présentent des recommandations

La bonne qualité de l’eau en Europe


Adoptée le 23 octobre 2000, la directive-cadre sur l’eau (2000/60/CE) ou DCE applique une approche novatrice de la protection de l’eau fondée sur des limites géographiques naturelles. Cette directive européenne du Parlement européen établit un cadre pour une politique globale communautaire dans le domaine de l’eau.

Son objectif est de faire en sorte que les rivières, les lacs, les eaux côtières et les eaux souterraines atteignent un « bon état » d’ici 2027. Cela signifie que les masses d’eau ne contiennent que des polluants minimaux et devraient fournir un habitat naturel pour les plantes et les animaux.

De manière cruciale, la directive-cadre européenne sur l’eau examine les plans d’eau sans égard aux frontières internationales – dans le cas des rivières, de la source à l’estuaire. C’est globalement unique sous cette forme. C’est la raison pour laquelle de nombreux pays considèrent la directive cadre européenne de l’eau comme un modèle idéal.

La directive-cadre sur l’eau en Europe

Des chercheurs présentent des recommandations pour la révision de la directive-cadre sur l’eau de l’UE


L’Europe a encore beaucoup à faire pour atteindre son objectif. Dans de nombreux endroits, il est nécessaire de mettre en place des mesures concrètes pour améliorer l’ensemble de la structure du plan d’eau, restaurer la continuité des eaux de surface et réduire la contamination avec des nutriments et des polluants avec beaucoup plus de cohérence que ce qui a été le cas jusqu’à présent.

« La directive elle-même a également des lacunes, c’est pourquoi elle doit être révisée d’ici 2019« , a déclaré Werner Brack, qui dirige des scientifiques sur le projet de recherche européen SOLUTIONS et le réseau européen de recherche NORMAN. Les chercheurs ont soigneusement examiné ces lacunes et formulé des recommandations pour améliorer la surveillance des polluants et la gestion de l’eau.

Une amélioration du suivi est primordiale


La directive-cadre sur l’eau contient actuellement 45 polluants appelés substances prioritaires. Pour avoir une bonne qualité de l’eau, une masse d’eau ne peut contenir que de petites quantités de ces substances. Cependant, il existe également plus de 100 000 substances chimiques différentes que nous utilisons chaque jour et qui se retrouvent dans notre environnement et notre eau. La plupart d’entre elles ne sont pas inclues dans l’évaluation de la qualité de l’eau dans le cadre de la directive-cadre sur l’eau de l’UE.

« La surveillance basée sur des substances individuelles est coûteuse, ignore la majorité des substances et ne parvient pas à remédier aux problèmes réels. La plupart des substances prioritaires ont déjà été retirées du marché et remplacées par d’autres substances chimiques avec des effets souvent très similaires. L’ajout de nouvelles substances à la liste est un processus politique lourd« , expliquent les chercheurs.

En outre, la directive-cadre sur l’eau a jusqu’à présent été limitée aux essais de substances individuelles. Cependant, les polluants n’influent pas l’environnement individuellement, mais présentent une toxicité plus élevée que les composés individuels individuellement.

La gestion et la pollution de l'eau en Europe

Ce n’est pas la présence d’une substance polluante qui est cruciale, mais son effet dans une masse d’eau. Les chercheurs recommandent donc que, dans la mesure du possible, la surveillance de la qualité de l’eau passe de l’analyse chimique de substances individuelles à des méthodes basées sur des effets tels que des tests d’effets biologiques. Cela signifierait que toutes les substances ayant le même effet seraient enregistrées, y compris les substances mélangées. Une analyse chimique coûteuse ne serait nécessaire que lorsque certains seuils d’effets seraient dépassés.

Nous devons améliorer l’évaluation


L’équipe de chercheurs a également exprimé le besoin de modifier la manière dont la qualité de l’eau est évaluée. Selon la directive-cadre sur l’eau, c’est toujours le pire élément qui détermine si une masse d’eau est classée comme ayant un bon état chimique ou écologique – même si ce composant est impossible à influencer par des mesures de gestion de l’eau, comme c’est le cas pour les polluants des processus d’incinération.

Cela semble très protecteur, mais il en résulte que de nombreuses étendues d’eau ne peuvent pas atteindre des objectifs de gestion même si des améliorations importantes sont apportées aux composants (les polluants) clés. Les règles actuelles fournissent trop peu d’incitations pour résoudre des problèmes et, dans de nombreux cas, entraînent une inaction.

Les chercheurs proposent donc que les mesures visant à améliorer la qualité de l’eau soient récompensées par un système d’évaluation plus sophistiqué. Cela comprend la création d’incitations pour un bon suivi.

À l’heure actuelle, de nombreux États membres ne parviennent pas à mesurer et à analyser régulièrement les polluants qui devraient en fait être surveillés par la loi.

Pour la nouvelle directive-cadre sur l’eau, les chercheurs proposent un processus de preuve inversé. Dans les zones où aucune donnée n’est recueillie en raison d’une surveillance inadéquate, les valeurs du modèle pourraient être utilisées pour l’évaluation du corps de l’eau. Les pays qui n’ont pas fourni de données à temps devraient alors prouver avec des mesures que l’état réel était meilleur que les niveaux prévus.

La directive-cadre sur l’eau

…et améliorer la gestion


Simplement mesurer et évaluer la qualité de l’eau ne sont cependant pas suffisant pour améliorer l’état d’un ensemble d’eau – la surveillance doit être suivie avec des mesures appropriées.

« Dans notre étude récente, nous fournissons des recommandations pour une approche plus axée sur la gestion de l’eau, dans laquelle le suivi, l’évaluation et les mesures potentielles devraient être beaucoup plus étroitement liées dès le départ que ce n’est actuellement le cas », expliquent les chercheurs.

Par exemple, les processus de traitement des eaux usées sont une source importante et relativement prévisible de pollution dans les cours d’eau et les cours d’eau qui peuvent nuire aux seuils d’effets. Les auteurs suggèrent que, dans un premier temps, il faut établir dans quelle mesure l’effet polluant mesuré de l’eau de rivière est en corrélation avec les attentes en fonction de la proportion d’eaux usées et du degré de nettoyage.

L’amélioration du traitement des eaux usées dans les égouts serait alors le meilleur moyen d’atteindre des objectifs de qualité. Si l’effet polluant observé est plus élevé que prévu, les auteurs recommandent diverses approches pour identifier les polluants spécifiques et leurs sources et, si possible, les éliminer avant d’atteindre les eaux usées. L’accent devrait être mis sur l’examen des alternatives possibles pour l’amélioration de la qualité plutôt que de persister dans la définition du statut de l’eau.

Les chercheurs indiquent que « Cela nous aide également à trouver des solutions qui répondent à plusieurs problèmes à la fois ». « Par exemple, les zones marginales suffisamment larges et plantées avec des buissons contribuent non seulement à réduire l’entrée de pesticides dans les plans d’eau, mais aussi à prévenir la fertilisation excessive et les températures élevées dans l’eau. En plus, elles fournissent également une valeur ‘Habitat’ pour de nombreux animaux et plantes« .

Enfin, comme l’ont montrée les études, l’amélioration de la qualité de l’eau dans certains cas nécessite également l’harmonisation des nombreuses réglementations en matière de qualité environnementale et de sécurité chimique aux niveaux européen et national avec la directive-cadre sur l’eau.

Les chercheurs espèrent que les résultats et les recommandations aideront à proposer des approches supplémentaires pour la révision de la Directive-Cadre Européenne sur l’Eau et, par conséquent, ouvrent la voie à une utilisation durable de l’eau en Europe.

Consommer et emporter votre eau au quotidien


Selon notre morphologie, notre corps est composé de 60% à 70% d’eau. Dès cet instant il est simple de comprendre que consommer de l’eau est essentiel à la vie, la santé et au bien-être. L’eau est indispensable à l’ensemble des processus vitaux. La recommandation nutritionnelle tourne en général autour de 3 litres d’eau pour les hommes et 2,2 litres aux femmes au quotidien. Mais tout dépend de votre morphologie, votre activité et du climat.

Boire de l’eau ce n’est pas consommer que des boissons à base d’eau, mais bien de l’eau la plus pure possible. Outre le besoin de s’hydrater parce que la soif frappe à la porte, il est important de s’hydrater de façon régulière tout au long de la journée. Et pour se souvenir de boire et d’avoir toujours de l’eau à portée de main, il est de rigueur de transporter une bouteille d’eau dans son sac.

1026

1026, la gourde design et écologique


Pour pallier la problématique de la pollution de l’environnement provoquée par les contenants en plastique, acheter une gourde est une bonne solution. Sur le marché on trouve de nombreuses offres adaptées selon les besoins des activités de chacun. Parmi ces gourdes intelligentes on trouve la bouteille 1026, un contenant safe et réutilisable

Avec une campagne ULULE financée avec succès à hauteur de 114%, 1026 est un produit simple et utile. 1026 est une gourde qui vous rappelle de boire de l’eau chaque jour, tout en préservant la qualité de l’eau. Légère, compacte et facile d’entretien, la bouteille 1026 est disponible directement sur le site des créateurs avec un bon rapport qualité-prix. Bien entendu la gourde 1026 pourra contenir vos tisanes, thés et autres infusions en plus d’une eau naturelle.

Bouteille 1026
Bouteille 1026® contenant une tisane d’hibiscus et yuzu en pleine infusion

 

 

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Août 2017


Sources

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s