Une découverte révolutionnaire pour empêcher la prolifération des cellulaires cancéreuses

Une découverte révolutionnaire pour empêcher la prolifération des cellules cancéreuses de 95% des cancers

Étudiante au doctorat du département de chimie en Ontario (Canada) à la Queen’s University, la jeune chercheuse Caitlin Miron a fait récemment l’une des découvertes les plus révolutionnaires de ces dernières années.

C’est lors d’un stage à l’Institut européen de chimie et de biologie de Bordeaux (France), a sein de l’équipe de recherche du Dr. Jean-Louis Mergny, que Caitlin Miron a identifié un composé chimique qui pourrait « éteindre » les cellules cancéreuses pour empêcher leur propagation.

Un composé chimique pour éteindre les cellules cancéreuses


Caitlin Miron peut être fière d’elle. Étudiante (PhD Student) en chimie à l’Université Queen’s, c’est lors d’un stage à l’Institut européen de chimie et de biologie de Bordeaux, en France, qu’elle a pu utiliser une technologie avancée de criblage pour examiner un certain nombre de composés provenant du laboratoire de la chimiste Anne Petitjean à l’Université Queen’s.

Pendant son stage, elle a pu découvrir un composé qui se lie de façon étonnante à la structure de l’ADN à quatre brins, ou Gquadruplex (G4, guanine quadruplex), qui a été associée au développement du cancer et d’autres maladies. L’annonce officielle à la presse a été faite ce mois de novembre 2017.

Unusual nucleic acid structures
Unusual nucleic acid structures © IECB

Pour expliquer sa découverte de façon imagée, Caitlin Miron compare l’ADN simple brin à un collier avec des perles (les cellules) qui se déplacent tout le long jusqu’à ce qu’elles touchent un nœud. Les perles représentent des « machines cellulaires » qui se déplacent le long du collier traitant l’ADN. Il est possible d’entrer et de démêler ce nœud, mais dans ce cas, il devient nécessaire de trouver une sorte de « super colle » pour tout faire tenir ensemble. Ce que Caitlin Miron a découvert c’est cette « colle ».

L'amélioration du ciblage des cellules cancéreuses

L’amélioration du ciblage des cellules cancéreuses


Les questions clefs auxquelles cette découverte est liée sont : Pouvons-nous améliorer le ciblage des cellules cancéreuses ? Pouvons-nous améliorer l’entrée dans les cellules à travers une membrane ?

Les découvertes antérieures n’avaient pas le fort potentiel de cette découverte et ne s’adaptaient pas correctement à la structure d’ADN à quatre brins. Dans cette découverte révolutionnaire, un moyen performant pour l’avenir a été trouvé afin de protéger le nœud et d’empêcher les cellules cancéreuses d’atteindre d’autres sections du brin d’ADN, grâce un nouveau composé proche d’une « super colle », un ligand (atome, ion ou molécule portant des fonctions chimiques lui permettant de se lier à un ou plusieurs atomes ou ions centraux). 

Depuis presque 30 ans, les scientifiques étaient sur la piste d’un ligand adapté au G-quadruplex pour empêcher la croissance et la prolifération des cellules cancéreuses. Cette découverte est encore très récente et l’équipe dont fait partie Caitlin Miron vient tout juste de remplir une demande pour l’obtention d’un brevet.

L’étudiante croit que la mise sur le marché de son composé pourrait prendre entre cinq à huit ans. Gageons que le processus s’accélère afin d’enrayer le fléau du cancer.

Prévenir le cancer avec des probiotiques ou des antibiotiques
Une découverte scientifique qui pourrait traiter 95% des cancers dans les prochaines années.

Le principe de cette découverte est, qu’en liant le composé nouvellement découvert ou « super glue » au quadruplex pour sécuriser le « nœud » dans la chaîne, les scientifiques peuvent être en mesure d’empêcher la « machinerie cellulaire » d’atteindre une section particulière de l’ADN pour le traiter, ce qui, à son tour, empêcherait la croissance et la propagation des cellules cancéreuses.

Les scientifiques ont étudié des ligands quadruplex comme un traitement possible pour le cancer depuis plusieurs décennies, sans cependant obtenir des résultats aussi prometteurs. Ces résultats sont vraiment excitants et sont à l’avant-garde dans ce domaine.

Caitlin Miron
Caitlin Miron recevant son prix pour son innovation exceptionnelle de la part du Mitacs.

Enfin, en attendant de pouvoir finaliser cette découverte en un brevet officiel, la jeune chercheuse a reçu un prix pour son innovation exceptionnelle de la part Mitacs, un organisme national à but non lucratif, voué à la promotion de la recherche canadienne.  En attendant, remercions Caitlin Miron pour sa passion, sa vocation et son acharnement professionnel à rendre le monde en meilleure santé.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Novembre 2017


Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s