Hippocrates 2.0

Les patients jugent leurs établissements de santé

Bientôt un questionnaire commun pour tous les établissements de santé!

Ce mois d’octobre 2010 restera gravé d’une pierre blanche dans les nouveautés en Santé 2.0. Après l’annonce du vote de la Télémédecine en France, une nouvelle première risque de bien révolutionner notre monde de la santé.

En effet, dès 2011 tous les établissements de santé français ; qu’il s’agisse des cliniques, des hôpitaux, des centres de lutte contre le cancer, des maisons de retraites, ou des maternités ; tous utiliseront un questionnaire commun qui devrait permettre de mesurer le taux de satisfaction des usagers.

Un indice qualité et satisfaction donnera donc une nouvelle vision du système de santé

Les patients hospitalisés auront donc la parole et le ministère de la Santé parle d’une « une avancée majeure pour notre système de santé » comme le pratique déjà plusieurs puissances mondiales que sont les États-Unis, le  Canada ou le Royaume-Uni.

Questionnaire de classement des hôpitauxLe questionnaire devrait prendre la forme d’un document obligatoire et précis afin d’interroger un maximum d’usagers. D’après le Ministère de la Santé, il devrait y avoir environ 150 000 malades chaque année. Le déroulement du questionnaire sur les établissements de santé (exceptées les urgences) aura une mission étendue de l’accueil de l’établissement, aux admissions, aux informations sur les médicaments, ou encore sur l’hygiène et la propreté des chambres.

Rempli par les patients qui seront interrogés environ quinze jours après leur hospitalisation, le questionnaire comporte au total 36 indices sous forme d’un QCM (questions fermées), avec des indices d’évaluation dans le genre : « sans avis, « très », « assez », « peu » ou « pas » satisfait.

Hippocrate 2.0 !

Hippocrates 2.0Pour la réalisation et mise en pratique du questionnaire, les autorités indiquent que l’enquête serait réalisée sous la forme d’un appel téléphonique et anonyme.

N’importe lequel des patients ou usagers de tous les établissements de santé pourraient être contactés, puisque les interrogés seraient a priori sélectionnés au hasard (Bonjour la note de téléphone ! Utiliser un service de vidéoconférence via le Web serait pas mal aussi, non?).

Un service comme celui-là n’est pas sans coûter de l’argent et il serait question d’une somme de 1 600€ annuelle et payée par chaque établissement pour leur questionnaire.Le coût serait prise en charge par l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) dès l’année 2011, pour qu’un indicateur national puisse être dévoilé dès 2012.

L’indicateur des établissements de santé va donc nous donner une vision concurrentielle de notre système de soins, et chaque établissement aura son classement affiché sous la forme d’une note globale. Ce palmarès officiel, aux nombreux indicateurs, va dans le sens d’autres palmarès nés d’initiatives de professionnels de santé et de médecins, basés sur des méthodologies, permettant d’émettre des résultats éthiques. Le but étant une nette amélioration et une modernisation de toute « l’architecture » de notre système de santé, la qualité des établissements de santé est donc un point crucial. Grâce aux nouvelles technologies, il semblerait que ces changements de taille puissent se réaliser de manière inattendue, tant dans son déploiement, son temps de mise en place que dans la forme.

« La Santé 2.0 ne peut naître que de la confluence de trois paysages : humaniste, médical et informatique. »

(Sources citation via Santé 2.0, perspectives)

Continuité logique à la loi – non encore appliquée – « Hôpital, patients, santé et territoire » (votée fin 2009, voir documentation via), qui prévoit déjà différentes sanctions pour les établissements ne se pliant pas à l’enquête nationale sur la lutte contre les infections nosocomiales, la mise à disposition de ces nouveaux indicateurs risque fort de faire du bruit ! Gageons que ces Classements 2.0 en santé publique ne puissent contrarier les établissements de santé dans une ambiance de résultats scolaires, mais plutôt de lier les professionnels de la santé et les usagers vers une volonté de satisfaction générale (Peut-être utopique, mais tellement louable).

© BlogNutritionSanté

[Sources photo entête via et article via]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s