Confirmation d'un lien entre pollution et santé mentale des enfants

Confirmation d’un lien entre pollution et santé mentale des enfants

L’exposition aiguë à des particules ambiantes a été associée à des exacerbations psychiatriques chez l’adulte, mais n’a pas été étudiée chez les enfants.

Trois nouvelles études réalisées par des scientifiques du centre médical de l’Hôpital pour enfants de Cincinnati (États-Unis), en collaboration avec des chercheurs de l’Université de Cincinnati, mettent en évidence le lien entre la pollution de l’air et la santé mentale chez les enfants.

L’une des études, publiée le le 25 septembre 2019 dans la revue Environmental Health Perspectives a révélé une information importante.

En effet, une exposition à court terme à la pollution de l’air ambiant était associée à une exacerbation de troubles psychiatriques chez les enfants un à deux jours plus tard.

L’étude a également révélé que les enfants vivant dans des quartiers défavorisés pourraient être plus sensibles aux effets de la pollution atmosphérique que d’autres enfants, en particulier pour les troubles liés à l’anxiété et les comportements suicidaires.

Les méfaits des particules fines sur la santé mentale des enfants

Une étude de cas croisé de l’utilisation des services des urgences psychiatriques pédiatriques et les particules fines.


Cette étude est la première à montrer une association entre les niveaux quotidiens de pollution de l’air extérieur et une augmentation des symptômes de troubles psychiatriques.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Cependant, cela pourrait conduire à de nouvelles stratégies de prévention de santé publique pour les enfants présentant des symptômes liés à un trouble psychiatrique.

La pollution de l’air extérieur a des effets néfastes sur les systèmes respiratoire, cardiovasculaire, périnatal et sur la santé.

Au niveau mondial, on estime que cette pollution est responsable de 3,3 millions de décès prématurés par an.

Au sein du mélange complexe de particules, de gaz, de traces de métaux et d’autres composés toxiques constituant une pollution de l’air extérieur, les particules de diamètre aérodynamique <2,5 µm (PM2,5) revêtent une importance particulière pour la santé en raison de leur taille, de leur composition et de leur capacité à induire une inflammation et un stress oxydatif.

Il est important de noter que les PM2,5 (particules en suspension, notées « PM » en anglais pour « particulate matter »)  peuvent affecter le système nerveux central, pouvant entraîner une neuro-inflammation secondaire, qui peut influer sur le traitement affectif, l’anxiété, la cognition et le comportement.

Des études épidémiologiques antérieures ont fait état d’associations entre l’exposition à court terme (quelques jours ou plusieurs semaines) et les symptômes d’anxiété chez les personnes âgées, les tentatives de suicide et les visites au service des urgences psychiatriques. Par contre, il existe peu d’éléments de preuve concernant les effets des PM2,5.

Sensibilité des enfants aux effets neurotoxiques


Les enfants peuvent être particulièrement sensibles aux effets neurotoxiques de la pollution atmosphérique, mais la plupart des études épidémiologiques à ce jour se sont concentrées sur les effets des expositions à long terme et des résultats cognitifs ou comportementaux.

Par exemple, des associations significatives ont été observées entre une exposition accrue à la pollution atmosphérique prénatale et infantile et des scores de quotient intellectuel plus bas et une hyperactivité accrue au cours de l’enfance ultérieure, ainsi que l’exposition chronique à la pollution atmosphérique à 12 ans et le diagnostic de trouble dépressif majeur à 18 ans.

Néanmoins, peu d’études ont examiné l’impact de l’exposition à la pollution atmosphérique sur les troubles dépressifs et anxieux chez les jeunes.

En fait, il n’existe aucune étude sur l’exposition à la pollution atmosphérique à court terme ni sur les résultats psychiatriques aigus chez les enfants et les adolescents.

L’hypothèse établie des chercheurs est similaire à celle de l’asthme, dans laquelle un individu présentant un trouble inflammatoire sous-jacent est sujet à des exacerbations aiguës après avoir connu une augmentation aiguë de l’exposition à la pollution atmosphérique.

En effet, des taux élevés de comorbidité entre l’asthme et les troubles psychiatriques ont été notés et sont supposés être entremis par une inflammation du système nerveux central.

Pollution et santé

Gardant cela à l’esprit, les auteurs ont cherché à étudier la relation entre l’exposition à court terme aux PM2,5 chez les enfants et les adolescents et le risque de visites aux services d’urgence en psychiatrie pédiatrique.

Selon les auteurs, l’exposition serait associée à un risque accru de visites aux urgences psychiatriques de l’enfant. Ils ajoutent que les enfants vivant dans des quartiers très pauvres subissent des effets plus importants de la pollution atmosphérique.

Enfin, deux autres études ont récemment été publiées qui associent également la pollution de l’air à la santé mentale des enfants.

L’une a révélé une association entre l’exposition récente à la pollution de l’air et le trafic intense et une anxiété généralisée plus élevée.

La pollution cause 3 fois plus de décès que le sida, la tuberculose et le paludisme réunis

D’après les chercheurs, cette étude est la première à utiliser la neuro-imagerie pour relier l’exposition à la pollution de l’air liée à la circulation, les perturbations métaboliques dans le cerveau et les symptômes d’anxiété généralisés chez des enfants en bonne santé.

L’étude a révélé des concentrations plus élevées de myo-inositol dans le cerveau – un marqueur de la réponse neuro-inflammatoire du cerveau à la pollution de l’air liée à la circulation.

La troisième étude a révélé que l’exposition à la pollution de l’air liée à la circulation au début de la vie et au cours de l’enfance était associée de manière significative à la dépression et aux symptômes d’anxiété chez les enfants de 12 ans.

Des résultats similaires ont été rapportés chez les adultes, mais les recherches montrant des liens clairs entre l’exposition à la pollution de l’air liée à la circulation et la santé mentale chez les enfants ont été limitées.

Pour conclure, ces études contribuent à la masse croissante de preuves selon lesquelles l’exposition à la pollution de l’air au début de la vie et de l’enfance peut contribuer à la dépression, à l’anxiété et à d’autres problèmes de santé mentale à l’adolescence.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Septembre 2019

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


Cole Brokamp, Jeffrey R. Strawn, Andrew F. Beck, Patrick Ryan. Pediatric Psychiatric Emergency Department Utilization and Fine Particulate Matter: A Case-Crossover Study. Environmental Health Perspectives, Septembre 2019; 127 (9): 097006 DOI: 10.1289/ehp4815, https://ehp.niehs.nih.gov/doi/10.1289/EHP4815

Allen JL, Klocke C, Morris-Schaffer K, Conrad K, Sobolewski M, Cory-Slechta DA. 2017. Cognitive effects of air pollution exposures and potential mechanistic underpinnings. Curr Environ Health Rep 4(2):180–191, PMID: 28435996, 10.1007/s40572-017-0134-3.Crossref, MedlineGoogle Scholar

Photos © Doruk Yemenici ; mostafa Shafeek ; Jonathan Borba

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.