Une activité sexuelle fréquente améliore le fonctionnement du cerveau chez les séniors

Une activité sexuelle fréquente améliore le fonctionnement du cerveau chez les séniors

Les bienfaits d’une sexualité épanouie et régulière ne sont plus à prouver. On peut se rendre compte soi-même que l’activité sexuelle est essentielle au bien-être et à la santé. Mais les chercheurs continuent d’étancher leur soif de savoir à propos de cette activité positive de la vie humaine.

Et si l’un des secrets de la santé était une vie sexuelle intense ?

Et si l’un des secrets du bonheur et de la santé était simplement d’avoir une vie sexuelle intense ?


Nombreuses études antérieures rapportent les bienfaits de la sexualité. Par exemple, chez les femmes, le plaisir sexuel est corrélé avec une plus grande longévité. Le risque de cancer du sein est inférieur chez celles qui ont fréquemment des orgasmes (plus de 14 orgasmes mensuels), en particulier après 50 ans.

D’autres études effectuées auprès des hommes âgés entre 20 et 50 ans, montrent que l’éjaculation diminuerait les risques de cancer de la prostate, et que 3 rapports sexuels par semaine donneraient l’apparence d’avoir entre 7 et 12 ans de moins ! Tout ceci ne peut que stimuler notre regard positif sur notre sexualité.

Activité sexuelle fréquente : bienfaits chez les personnes âgées

L’activité sexuelle fréquente peut stimuler le pouvoir du cerveau chez les personnes âgées


Une activité sexuelle plus fréquente a été liée à l’amélioration du fonctionnement du cerveau chez les personnes âgées, selon une étude réalisée par les Universités de Coventry et d’Oxford en Angleterre.

Les chercheurs ont constaté que les personnes qui se livraient à une activité sexuelle plus régulière avaient obtenu une note plus élevée sur les tests qui mesuraient leur fluidité verbale et leur capacité à percevoir visuellement les objets et les espaces entre eux. L’étude, qui impliquait 73 personnes âgées de 50 à 83 ans, a été publiée en juin 2017 dans la revue médicale The Journals of Gerontology.

Couple d'amoureux à bicyclette

Les participants ont rempli un questionnaire sur la fréquence de leur activité sexuelle au cours des 12 derniers mois, ainsi que des questions sur leur santé et leur mode de vie en général. Les 28 hommes et 45 femmes ont également participé à un test habituellement utilisé pour mesurer différents modèles de fonction cérébrale chez les personnes âgées, en se concentrant sur l’attention, la mémoire, la fluidité, le langage et la capacité visuo-spatiale.

Cela comprenait des tests de fluidité verbale dans lesquels les participants avaient 60 secondes pour nommer autant d’animaux que possible, puis ensuite dire autant de mots que possible commençant par F  — des tests normalisés qui reflètent des capacités cognitives plus élevées.

Ils ont également participé à des tests pour déterminer leur capacité visuo-spatiale qui comprenait la copie d’un design complexe et le dessin d’une horloge à partir de la mémoire. Ce sont ces deux séries de tests où les participants qui se sont livrés à une activité sexuelle hebdomadaire ont obtenu le score le plus élevé, les tests de fluidité verbale ayant le plus d’effet.

Les résultats ont suggéré que la fréquence de l’activité sexuelle était liée à l’attention, à la mémoire ou au langage. Dans ces tests, les participants ont également joué, peu importe s’ils ont déclaré une activité sexuelle hebdomadaire, mensuelle ou absente. Cette étude s’est développée sur la base de recherches antérieures réalisées à partir de 2016, qui ont révélé que les personnes âgées qui étaient sexuellement actives ont obtenu plus de résultats sur les tests cognitifs que celles qui n’étaient pas sexuellement actives.

Cette fois, la recherche portait plus précisément sur l’impact de la fréquence de l’activité sexuelle. C’est-à-dire qu’elle fait une différence à quelle fréquence vous vous exercez- dans l’activité sexuelle. L’étude a également utilisé une plus large gamme de tests pour étudier différentes zones de la fonction cognitive.

Les universitaires disent que d’autres recherches pourraient se pencher sur la manière dont les éléments biologiques, comme la dopamine et l’ocytocine, pourraient influer sur la relation entre l’activité sexuelle et la fonction cérébrale afin de donner une explication plus complète de leurs résultats.

Enfin les chercheurs précisent que « nous ne pouvons que spéculer sur le fait que cela soit motivé par des éléments sociaux ou physiques – mais un domaine que nous aimerions approfondir est celui des mécanismes biologiques qui peuvent influencer cette situation. Chaque fois que nous faisons une autre recherche, nous nous rapprochons un peu de la raison pour laquelle cette association existe, quels sont les mécanismes sous-jacents et s’il existe une relation de cause à effet entre l’activité sexuelle et la fonction cognitive chez les personnes âgées. Les gens n’aiment pas penser que les personnes âgées ont des rapports sexuels — mais nous devons contester cette conception au niveau de la société et examiner l’impact de l’activité sexuelle sur les personnes âgées de 50 ans et plus, au-delà des effets connus sur la santé sexuelle et du bien-être général ».

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Septembre 2017


Sources

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s