Changer de régime pour sauver la biodiversité des zones tropicales ?

Changer de régime pour sauver la biodiversité des zones tropicales ?

Le climat et la pollution sont sans cesse au cœur de l’actualité. Entre les jeunes meneurs d’un monde inquiet de l’avenir de la planète comme Greta Thunberg et les climatosceptiques, le quotidien peut devenir anxiogène.

Que l’on soit mitigé, indifférent ou dans un camp extrémiste, il est devenu évident que notre consommation, notre façon de vivre et notre régime alimentaire doivent changer et s’adapter.

Les indicateurs sont au rouge

Les indicateurs sont au rouge


La production de viande par habitant est en augmentation dans de nombreux pays tropicaux avec une biodiversité élevée.

Des pays comme le Brésil, l’Équateur ou la Chine devraient avoir besoin de 30% plus de terres agricoles d’ici 2050.

Les chercheurs ont prévenu qu’un quart des terres tropicales du monde pourrait disparaître d’ici à la fin du siècle si la consommation de viande et de produits laitiers ne chutait pas.

Si la demande mondiale en produits d’origine animale continue de croître, de vastes étendues de terres naturelles disparaîtront, ce qui pourrait entraîner une perte généralisée d’espèces et de leurs habitats.

Environ 9% des terres naturelles, dont 95% se situent sous les tropiques, pourraient disparaître d’ici 80 ans.

Le seul moyen d’y remédier serait que les habitudes alimentaires mondiales ne changent et que l’on adopte le régime du futur dès maintenant.

C’est ce que rapportent des scientifiques dans une étude publiée le 9 août 2019 dans la revue Global Environmental Change.

Les fruits et les légumes sont essentiels pour notre régime alimentaire

Modifier son régime alimentaire pour soi et pour la planète ?


Les chercheurs ont étudié l’impact des tendances de la consommation sur les régions riches en biodiversité, des zones riches en mammifères, oiseaux, amphibiens et plantes.

Ils ont constaté que l’augmentation rapide de la production de viande et de lait entraînait une nette augmentation du défrichement dans les régions tropicales, riches en biodiversité.

Alors que les revenus augmentent dans le monde entier, la consommation de base, comme les racines et les légumineuses, passe à la viande, au lait et aux sucres raffinés.

Le danger ? La production de viande et de produits laitiers est associée à une utilisation plus importante des terres et de l’eau.

De plus, les émissions de gaz à effet de serre sont plus élevées que tout autre aliment.

La solution ? En remplaçant les produits d’origine animale par des alternatives à base de plantes, les chercheurs prévoient que la demande mondiale de terres agricoles pourrait être réduite de 11%.

De plus, ils ont également constaté que les systèmes d’alimentation industriels réduisent l’expansion agricole mais peuvent aggraver la dégradation de l’environnement due aux polluants agricoles tels que les engrais chimiques.

Réduire la consommation de viande et de produits laitiers


Au regard de leur conclusion, les experts de l’évolution du climat ont identifié la réduction de la consommation de viande comme un élément important de l’atténuation du changement climatique.

D’après les auteurs, la réduction de la consommation de viande et de produits laitiers aura des effets positifs sur les émissions de gaz à effet de serre et la santé humaine.

Cette réduction contribuera également à la biodiversité, qui doit être préservée pour assurer l’alimentation de la population croissante de la planète. Mais aussi pour un avenir plus durable et garantir les objectifs de sécurité alimentaire tout en s’attaquant aux inégalités alimentaires mondiales.

Notre façon de nous nourrir devrait donc changer rapidement si nous voulons sauvegarder la biodiversité et ne plus soutenir les productions industrielles qui polluent sans aucun scrupule.

Repenser notre régime alimentaire n’est pas une mince affaire. Cependant, l’enjeu en vaut la peine, puisqu’un régime végétarien ou pauvre en viande et sans produits transformés est une démarche à la fois bénéfique pour la santé et positive pour ralentir les changements climatiques dont nous percevons chaque jour l’évidence.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Août 2019

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


Roslyn C. Henry, Peter Alexander, Sam Rabin, Peter Anthoni, Mark D.A. Rounsevell, Almut Arneth. The role of global dietary transitions for safeguarding biodiversity. Global Environmental Change, Août 2019; 58: 101956 DOI: 10.1016/j.gloenvcha.2019.101956, https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0959378018309038

Photos © Timothy Dykes ; OC Gonzalez ; Dustan Woodhouse ; Stijn te Strake

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.