Adoptez le régime alimentaire du futur illico presto !

Adoptez le régime alimentaire du futur illico presto !

Manger c’est se nourrir avec des aliments qui nous apportent l’essentiel pour notre organisme mais aussi une alimentation qui nous procure du plaisir.

Cependant, l’action de s’alimenter et la production alimentaire chez l’Homme doivent changer radicalement autant pour nous garantir de préserver et améliorer notre santé, que pour sauver la planète.

En effet, la transformation du système alimentaire mondial est urgente car plus de 3 milliards de personnes souffrent de malnutrition, y compris des personnes sous-alimentées et suralimentées.

La production alimentaire dépasse les frontières planétaires en entraînant un changement climatique, une perte de biodiversité, une pollution due aux engrais azotés et phosphorés et des changements insoutenables dans l’utilisation de l’eau et des sols.

Adopter un régime alimentaire sain et équilibré n’est pas une mince affaire dans ce contexte.


Participez à la sortie de mon livre sur les régimes alimentaires prévue à la rentrée 2019 !  Prenez 10 minutes de votre temps pour m’aider et répondre à un questionnaire sur les habitudes alimentaires via https://goo.gl/forms/0v3qXWFXUkPgX0Q53


En fonction de notre éducation, de nos moyens financiers, de nos habitudes, de notre religion ou de nos rituels, on peut se retrouver aujourd’hui facilement à faire de mauvais choix sans le vouloir.

De plus, si l’on regarde les effets de la production alimentaire mondiale – les vidéos sur les atrocités subies dans les élevages industriels ne manquent pas – il y a de quoi culpabiliser et suffoquer d’angoisses.

C'est quoi le régime alimentaire du futur ?
Le régime du futur doit être un régime flexitarien (semi-végétarisme). © 2019 Elsevier/EAT–Lancet

C’est quoi le régime alimentaire du futur ?


Le régime alimentaire du futur peut se définir par la mission que chacun a au quotidien pour apprendre à consommer autrement en prenant en compte la planète.

Cet apprentissage doit aussi être accompagné par la volonté permanente d’éduquer et d’informer les plus jeunes, qui sont nos chevaliers de l’avenir.

Manger aujourd’hui ce n’est plus uniquement se remplir le ventre, mais c’est aussi un acte social à forte valeur ajoutée.

Le régime alimentaire quotidien d’un régime de santé planétaire à adopter doit comprendre environ 35% de calories sous forme de grains entiers et de tubercules, des sources de protéines provenant principalement de plantes.

Ce régime ne doit comprendre qu’environ 14 g de viande rouge par jour et 500 g par jour de fruits et de légumes frais.

Pour adopter ce nouveau régime alimentaire, la consommation mondiale d’aliments tels que la viande rouge et le sucre doivent diminuer d’environ 50%, tandis que la consommation de noix, de fruits, de légumes et de légumineuses doit doubler.

Les régimes alimentaires malsains sont la principale cause de problèmes de santé dans le monde et suivre ce régime permettrait d’éviter environ 11 millions de décès prématurés par an.

Les conclusions qui définissent ce régime du futur proviennent de la Commission EAT-Lancet, qui fournit les premières cibles scientifiques pour un régime alimentaire sain à partir d’un système de production alimentaire durable fonctionnant dans des limites planétaires pour la nourriture.

Le rapport publié le 16 janvier 2019 dans la revue The Lancet préconise des régimes comprenant une variété d’aliments à base de plantes, contenant de faibles quantités d’aliments d’origine animale, des céréales raffinées, des aliments hautement transformés et des sucres ajoutés, ainsi que des graisses insaturées plutôt que saturées.

Le régime de référence proposé (en gramme par jour, g/jour) se détaille de la façon suivante :

  • 232 grammes de graines complètes
  • 50 grammes de tubercules/légumes féculents
  • 300 grammes de légumes frais
  • 200 grammes de fruits frais
  • 250 grammes de produits laitiers
  • Sources de protéines : bœuf, agneau, porc : 14 grammes ; poulets et autres volailles : 29 grammes ; Oeufs : 13 grammes ; Poisson : 28 grammes ; Haricots secs, lentilles, pois, soja : 75 grammes ; Noix : 50 grammes
  • Graisses ajoutées ; huiles insaturées : 40 grammes ; huiles saturées : 11,8 grammes
  • Sucres ajoutés ; Tous édulcorants : 31 grammes

Dans l’ensemble ce régime semble plutôt équilibré et facilement applicable quel que soit l’endroit du monde où l’on se situe.

Cependant, même si c’est difficile de passer à côté du sucre et de certains édulcorants, la partie « Sucres ajoutées » laisse songeur surtout lorsque l’on voit les dégâts causés par la consommation des édulcorants.

Concernant la qualité des aliments, est-il nécessaire de rappeler qu’il faut privilégier des aliments locaux et naturels ou au mieux issus de l’agriculture biologique.

De plus, ajoutons que la façon de préparer les aliments est aussi primordiale. Des aliments trop cuits perdent une partie de leurs bienfaits et l’utilisation d’un four micro-ondes est à proscrire au maximum.

Santé et durabilité sont indissociables
Éduquer les plus jeunes pour une alimentation saine et assurer leur futur.

Santé et durabilité sont indissociables


Les régimes alimentaires humains associent inextricablement la santé et la durabilité de l’environnement et ont le potentiel d’alimenter les deux.

Cependant, les régimes alimentaires actuels poussent la Terre au-delà de ses frontières planétaires, tout en causant des problèmes de santé. Cela met les gens et la planète en danger.

Assurer des régimes alimentaires sains à partir de systèmes alimentaires durables est un défi immédiat, alors que la population continue de croître (10 milliards de personnes d’ici 2050) et s’enrichir, avec l’espoir d’une consommation accrue d’aliments d’origine animale.

Pour relever ce défi, les changements alimentaires doivent être associés à une production alimentaire améliorée et à une réduction du gaspillage alimentaire.

Une collaboration et un engagement mondiaux sans précédent seront nécessaires, parallèlement à des changements immédiats, tels que le recentrage de l’agriculture pour produire des cultures variées riches en nutriments et une gouvernance accrue de l’utilisation des terres et des océans.

En effet, la nourriture que nous mangeons et la manière dont nous la produisons déterminent la santé des personnes et de la planète, et nous nous y trompons sérieusement.

Un régime alimentaire adaptée aux circonstances de chaque pays est nécessaire
Il est possible de voyager sans changer son régime alimentaire.

Un régime alimentaire adapté aux circonstances de chaque pays est nécessaire


Une refonte majeure est indispensable, en modifiant le système alimentaire mondial à une échelle sans précédent, d’une manière adaptée aux circonstances de chaque pays.

Bien qu’il s’agisse d’un territoire politique vierge et que ces problèmes ne sont pas facilement résolus, cet objectif est à notre portée et il existe des opportunités pour adapter les politiques internationales, locales et commerciales.

Des objectifs scientifiques définis pour une alimentation saine et durable constituent un fondement important sur lequel reposera et conduira ce changement.

Commission EAT-Lancet.

La Commission est « un projet triennal réunissant 37 experts de 16 pays et spécialisés dans les domaines de la santé, de la nutrition, de la durabilité de l’environnement, des systèmes alimentaires, de l’économie et de la gouvernance politique ».

Objectifs scientifiques pour un régime alimentaire sain : le régime alimentaire planétaire
Une assiette santé planétaire pour un régime sain et « éco-conscient ». © 2019 Elsevier/EAT–Lancet

Objectifs scientifiques pour un régime alimentaire sain : le régime alimentaire planétaire


Bien que l’augmentation de la production alimentaire ait contribué à améliorer l’espérance de vie et à réduire la faim dans le monde, le taux de mortalité infantile et juvénile et la pauvreté au cours des 50 dernières années, ces avantages sont maintenant neutralisés par la tendance mondiale aux régimes alimentaires malsains riches en calories, en sucre, en amidons raffinés et aliments d’origine animale et à faible teneur en fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses, noix et graines et poisson.

Les auteurs soutiennent que le manque d’objectifs scientifiques pour un régime alimentaire sain a entravé les efforts visant à transformer le système alimentaire.

Sur la base des meilleures preuves disponibles, la Commission propose un régime alimentaire qui réponde aux besoins nutritionnels, favorise la santé et permette au monde de rester dans les limites de la planète.

Par rapport aux régimes actuels, l’adoption mondiale des nouvelles recommandations d’ici 2050 nécessitera une diminution de plus de 50% de la consommation mondiale d’aliments tels que la viande rouge et le sucre, tandis que la consommation de fruits à coque, de fruits, de légumes et de légumineuses doit augmenter de plus de deux fois.

Le régime méditerranéen
Le régime méditerranéen est un choix idéal.

Les objectifs mondiaux devront être appliqués localement. Par exemple, les pays d’Amérique du Nord consomment près de 6,5 fois la quantité de viande rouge recommandée, tandis que les pays d’Asie du Sud ne consomment que la moitié de la quantité recommandée. Tous les pays consomment plus de légumes féculents (pomme de terre et manioc) que ce qui est recommandé, avec des apports allant de 1,5 fois au-dessus de la recommandation en Asie du Sud et de 7,5 fois en Afrique subsaharienne.

Les régimes alimentaires du monde doivent changer radicalement. Plus de 800 millions de personnes manquent de nourriture, tandis que beaucoup d’autres consomment une alimentation malsaine qui contribue à la mort prématurée et à la maladie.

Pour être en bonne santé, les régimes alimentaires doivent comporter un apport calorique approprié et se composer d’une variété d’aliments à base de plantes, de faibles quantités d’aliments d’origine animale, de graisses insaturées plutôt que saturées et de quelques grains raffinés, d’aliments hautement transformés et de sucres ajoutés.

Les gammes de groupes de produits alimentaires proposés dans le rapport permettent une certaine flexibilité pour s’adapter à divers types de produits alimentaires, systèmes agricoles, traditions culturelles et préférences alimentaires individuelles, notamment de nombreux régimes omnivores, végétariens et végétaliens.

Pourquoi les régimes végétarien et végétalien sont-ils meilleurs contre le diabète de type 2 ?
La transformation vers une alimentation saine d’ici 2050 nécessite d’importants changements en régimes alimentaires.

Ce régime du futur à appliquer maintenant, tient compte de l’apport énergétique mondial moyen avoisinant les 2370 kcal/jour (certains pays étant même plus élevés que cela) sur la base de poids corporels spécifiques à chaque pays.

Le régime alimentaire correspond aux besoins énergétiques moyens d’un homme de 70 kg âgé de 30 ans et d’une femme de 60 kg d’âge de 30 ans dont le niveau d’activité physique est modéré à élevé.

Il a été conçu pour répondre aux besoins nutritionnels des individus en bonne santé âgés de plus de 2 ans (l’apport énergétique dépendant de l’âge, de la taille et de l’activité physique), mais les auteurs soulignent que des considérations spéciales s’appliquent aux jeunes enfants, aux adolescents et aux femmes enceintes et allaitantes.

Les auteurs estiment que l’adoption généralisée d’un tel régime améliorerait l’apport de la plupart des nutriments, en augmentant l’apport en acides gras mono et poly-insaturés sains et en réduisant la consommation de graisses saturées malsaines.

Aussi, cela augmenterait l’apport en micronutriments essentiels (tels que le fer, le zinc, le folate et la vitamine A, ainsi que le calcium dans les pays à faible revenu), à l’exception de la vitamine B12 où une supplémentation ou un enrichissement pourrait s’avérer nécessaire dans certaines circonstances.

Bienfaits prouvés des légumineuses, des champignons, du café et du thé pour prévenir les maladies cardiaques
Les changements de régimes alimentaires actuels vers des régimes sains sont susceptibles d’avoir des effets bénéfiques importants sur la santé.

Ils ont également modélisé les effets potentiels de l’adoption mondiale du régime sur les décès dus à des maladies liées à l’alimentation.

Trois modèles ont chacun montré des avantages majeurs pour la santé, suggérant que l’adoption du nouveau régime alimentaire mondial pourrait éviter entre 10,9 et 11,6 millions de décès prématurés par an, réduisant ainsi le nombre de décès chez les adultes de 19 à 23,6%.

Les auteurs soulignent que les preuves relatives à l’alimentation, à la santé humaine et à la durabilité environnementale évoluent continuellement et incluent une incertitude.

Elles incluent donc des plages dans leurs estimations, mais sont confiantes de la situation dans son ensemble.

Alors que le 20ème siècle, la Chine, le Brésil, le Vietnam et la Finlande ont apporté des transformations majeures au système alimentaire, et illustrent le fait que les régimes alimentaires peuvent changer rapidement, l’humanité n’a jamais cherché à modifier le système alimentaire de manière aussi rapide. Les gens peuvent mettre en garde contre des conséquences inattendues ou prétendre que la nécessité d’agir est prématurée, mais les preuves sont suffisantes pour justifier une action, et tout retard augmenterait la probabilité de ne pas atteindre les objectifs cruciaux en matière de santé et de climat.

Commission EAT-Lancet
La production alimentaire est la plus grande source de dégradation de l'environnement
Se nourrir sans changer son régime actuel nous mène à la perte. © 2019 Elsevier/EAT–Lancet

La production alimentaire est la plus grande source de dégradation de l’environnement


Depuis le milieu des années 50, le rythme et l’ampleur des changements environnementaux ont connu une croissance exponentielle.

Pour être durable, la production alimentaire doit avoir lieu dans les limites planétaires liées à l’alimentation, compte tenu des changements climatiques, de la perte de biodiversité, de l’utilisation des terres et des eaux, ainsi que des cycles de l’azote et du phosphore.

Cependant, la production doit également être intensifiée de manière durable pour répondre à la demande alimentaire croissante de la population mondiale.

Cela nécessitera de « décarboniser » la production agricole en éliminant l’utilisation de combustibles fossiles et les pertes de CO2 dues au changement d’affectation des sols dans l’agriculture.

En outre, une perte zéro de la biodiversité, une expansion nette zéro des terres agricoles dans les écosystèmes naturels et des améliorations radicales de l’efficacité d’utilisation des engrais et de l’eau sont nécessaires.

Les auteurs estiment les émissions minimales et inévitables de gaz à effet de serre si nous voulons fournir des aliments sains à 10 milliards de personnes d’ici 2050.

Ceci est basé sur l’espoir que les engagements de « décarbonisation » du système énergétique d’ici 2050 (pas de combustibles fossiles pour les tracteurs, l’électricité, la chaleur) seront respectés au niveau mondial, il y aura des émissions de CO2 nettes résultant du changement d’affectation des sols (via une gestion durable des terres), l’efficacité de l’utilisation de l’azote et la réduction des émissions de méthane provenant du bétail ruminant seront améliorées.

Les limites de production alimentaire
Les limites de production alimentaire mondiale. © 2019 Elsevier/EAT–Lancet

Ils concluent que les émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2 liées au méthane et à l’oxyde nitreux resteront compris entre 4,7 et 5,4 gigatonnes en 2050, les émissions actuelles étant déjà estimées à 5,2 gigatonnes en 2010.

Cela suggère que la « décarbonisation » du système énergétique mondial doit progresser plus rapidement que prévu, afin de répondre au besoin de nourrir sainement les humains sans endommager davantage la planète.

L’utilisation de phosphore doit également être réduite, de même que la perte de biodiversité.

L’étude porte sur le méthane et l’oxyde nitreux et n’inclut pas le dioxyde de carbone. En effet, la production alimentaire est une source essentielle de méthane et d’oxyde nitreux, qui ont respectivement 56 fois et 280 fois le potentiel de réchauffement planétaire (sur 20 ans) de dioxyde de carbone, et parce qu’il est supposé qu’il n’y a pas d’apport net de carbone (dioxyde de carbone) provenant des combustibles fossiles pour l’agriculture d’ici 2050.

Commission EAT-Lancet

Selon leurs estimations, les niveaux actuels d’utilisation de l’azote, des sols et de l’eau pourraient se situer dans les limites projetées de 2050, mais des efforts soutenus seront nécessaires pour maintenir ce niveau. Les estimations des limites sont sujettes à des incertitudes et nécessiteront une mise à jour et des ajustements continus.

À l’aide de ces cibles limites, les auteurs ont modélisé divers scénarios pour développer un système alimentaire durable et proposer une alimentation saine d’ici 2050.

Pour rester dans les limites de la planète, une combinaison de changements alimentaires majeurs, d’une production alimentaire améliorée grâce à une agriculture améliorée et à des changements technologiques, et une réduction du gaspillage alimentaire pendant la production et au point de consommation sera nécessaire, et aucune mesure ne suffit pour rester dans toutes les limites. Notons que ces estimations n’incluent que les technologies actuellement disponibles et qui sont éprouvées à grande échelle.

Concevoir et mettre en œuvre des systèmes alimentaires durables
Le régime du futur doit être essentiellement à base de plantes et de modestes quantités de poisson, viande et produits laitiers.

Concevoir et mettre en œuvre des systèmes alimentaires durables


Concevoir et mettre en œuvre des systèmes alimentaires durables capables de fournir des régimes alimentaires sains à une population mondiale croissante et plus riche représente un défi de taille.

Rien de moins qu’une nouvelle révolution agricole mondiale.

La bonne nouvelle est que c’est non seulement faisable, mais qu’une intensification durable profite à la fois aux agriculteurs, aux consommateurs et à la planète.

L’humanité fait aujourd’hui peser une menace sur la stabilité de la planète.

La durabilité du système alimentaire doit donc être définie d’un point de vue planétaire. Cinq processus environnementaux clés régissent l’état de la planète.

La définition de la production alimentaire durable nécessite de préciser et quantifier un espace d’exploitation sûr pour les systèmes alimentaires.

Il est possible d’identifier des régimes qui favoriseront la santé humaine et favoriseront la durabilité de l’environnement.

Commission EAT-Lancet
Transformer le système alimentaire mondial
Doubler la consommation de légumes, de fruits et de graines entières.

Transformer le système alimentaire mondial


La Commission propose cinq stratégies pour ajuster ce que les gens mangent et la production alimentaire.

Premièrement, des politiques visant à encourager les personnes à choisir des régimes alimentaires sains sont nécessaires, notamment pour améliorer la disponibilité et l’accessibilité à des aliments sains grâce à une logistique et un stockage améliorés, une sécurité alimentaire accrue et des politiques favorisant l’achat de sources durables.

Outre les restrictions en matière de publicité et les campagnes d’éducation, l’accessibilité financière est également cruciale et les prix des denrées alimentaires doivent refléter les coûts de production et les coûts environnementaux.

Comme cela peut augmenter les coûts pour les consommateurs, la protection sociale des groupes vulnérables peut être nécessaire pour éviter une malnutrition persistante chez les groupes à faible revenu.

Des stratégies sont nécessaires pour réorienter l’agriculture, de la production de volumes importants de cultures à la production de cultures variées riches en nutriments.

Actuellement, les petites et moyennes exploitations fournissent plus de 50% des éléments nutritifs essentiels dans l’approvisionnement alimentaire mondial.

Les politiques agricoles mondiales devraient inciter les producteurs à cultiver des aliments nutritifs à base de plantes, à développer des programmes soutenant divers systèmes de production et à augmenter le financement de la recherche sur les moyens d’accroître la nutrition et la durabilité.

Dans certains contextes, l’élevage est important pour la nutrition et l’écosystème et les avantages et les risques de l’élevage doivent être examinés au cas par cas.

Une intensification durable de l’agriculture sera également essentielle et devra tenir compte des conditions locales pour aider à appliquer des pratiques agricoles appropriées et à générer des cultures durables et de haute qualité.

De même, une gouvernance efficace de l’utilisation des terres et des océans sera importante pour préserver les écosystèmes naturels et garantir le maintien des disponibilités alimentaires.

Ceci pourrait être réalisé en protégeant les zones naturelles intactes sur la terre (potentiellement par des incitations), en interdisant le défrichement, en restaurant les terres dégradées, en supprimant les subventions néfastes à la pêche et en interdisant la pêche à au moins 10% des zones marines (y compris la haute mer pour créer des bancs de poissons). ).

Enfin, les déchets alimentaires doivent être au moins réduits de moitié. La majorité des déchets alimentaires sont produits dans les pays à revenu faible ou intermédiaire pendant la production alimentaire en raison d’une mauvaise planification des récoltes, du manque d’accès aux marchés empêchant la vente des produits et du manque d’infrastructures pour stocker et transformer les aliments.

De la sorte, il est nécessaire d’investir davantage dans la technologie et l’éducation des agriculteurs.

Le gaspillage alimentaire est également un problème dans les pays à revenu élevé, où il est principalement causé par les consommateurs et peut être résolu par le biais de campagnes visant à améliorer les habitudes d’achats, à aider à comprendre les dates de péremption et d’utilisation avant et à améliorer le stockage, la préparation, la taille des portions et l’utilisation des restes alimentaires.

Une mauvaise nutrition est un facteur clé de risque et de facteur de risque pour la maladie. Cependant, il y a eu un échec mondial pour remédier à cela. C’est le problème de tout le monde et de chacun.

Commission EAT-Lancet

La transformation que réclame cette Commission n’est ni superficielle ni simple, elle nécessite de mettre l’accent sur des systèmes complexes, des mesures incitatives et des réglementations, les collectivités et les gouvernements à différents niveaux jouant un rôle dans la redéfinition de notre alimentation.

Nos liens avec la nature sont primordiaux et sources de solution. Si nous pouvons manger d’une manière qui fonctionne pour notre planète ainsi que pour notre corps, l’équilibre naturel des ressources de la planète sera restauré.

La nature qui disparaît constitue la clé de la survie humaine et planétaire.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Janvier 2019

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant.Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires. Lire la suite.

🔥 Participez à la sortie de mon livre prévue à la rentrée 2019 ! Prenez 10 minutes pour répondre à un questionnaire sur les habitudes alimentaires. Je vous remercie infiniment pour les réponses que vous pourrez y apporter. Voici le lien du questionnaire que vous pouvez aussi partager : https://goo.gl/forms/0v3qXWFXUkPgX0Q53

Sources externes