Le lien entre les émotions positives et la santé dépend de la culture

Le lien entre les émotions positives et la santé dépend de la culture

Expériences psychophysiologiques complexes et intenses, les émotions positives sont souvent considérées comme des aspects essentiels de la vie saine, mais de nouvelles recherches suggèrent que le lien entre l’émotion et les résultats en matière de santé peut varier selon le contexte culturel.

A noter aussi qu’une étude, dont je vous parlais récemment, indique que les gens peuvent être plus heureux quand ils ressentent les émotions qu’ils désirent, même si ces émotions sont désagréables, comme la colère ou la haine. Pour compléter et préciser cette recherche, les résultats d’une nouvelle étude, publiés dans le journal scientifique Psychological Science (Association for Psychological Science), montrent que le fait d’avoir des émotions positives est lié à une meilleure santé cardiovasculaire aux États-Unis mais pas au Japon.

Les effets des émotions et du contexte culturel

Le contexte culturel influence notre santé


Le constat essentiel est que les émotions positives prédisent les profils de lipides sanguins différemment selon les cultures. Dans l’étude, les adultes américains qui éprouvent des niveaux élevés d’émotions positives, comme se sentir« gai » et « extrêmement heureux », sont plus susceptibles d’avoir des profils sains de lipides sanguins, même après avoir tenu compte d’autres facteurs tels que l’âge, le sexe, le statut socioéconomique et conditions chroniques. Cependant, ce n’était pas vrai pour les adultes japonais.

Les résultats soulignent l’importance du contexte culturel pour comprendre les liens entre l’émotion et la santé, ce qui a été largement ignoré dans la littérature scientifique. Bien que certaines études aient examiné les différences culturelles dans les liens entre les émotions positives et le fonctionnement sain, ce travail est novateur car il comprend des mesures biologiques de la santé et de grands échantillons représentatifs des deux pays.

Variation culturelle dans le lien entre le bien-être émotionnel et le bien-être physique

Variation culturelle dans le lien entre le bien-être émotionnel et le bien-être physique


Le fait que les émotions positives soient conçues et valorisées différemment dans toutes les cultures, les chercheurs se sont demandé si les avantages pour la santé observés en tandem avec des émotions positives pourraient être spécifiques aux populations occidentales.

Dans les cultures américaines, les émotions positives sont considérées comme souhaitables et même encouragées par la socialisation. Mais dans les cultures de l’Asie de l’Est, les gens considèrent généralement les émotions positives comme ayant des côtés sombres – elles sont fugaces, peuvent attirer l’attention inutile des autres et peuvent être une distraction plutôt que de se concentrer sur des tâches importantes, selon les précisions de l’étude.

Les chercheurs ont conçu une comparaison interculturelle, en examinant les données de deux grandes études représentatives des adultes : Midlife aux États-Unis et Midlife au Japon, financés par l’Institut national sur le vieillissement. Les données comprenaient les notes des participants sur la fréquence à laquelle ils ont ressenti 10 émotions positives différentes au cours des 30 jours précédents et les mesures des lipides sanguins, qui ont fourni des données objectives sur la santé cardiaque des participants.

Le secret du bonheur

En raison de la prévalence mondiale de la maladie coronarienne, les lipides sanguins sont considérés comme des indices importants de la santé biologique dans de nombreux pays d’Asie de l’Ouest et de l’Est.

Comme prévu, les données indiquaient que le fait d’avoir des émotions positives fréquentes était associé à des profils lipidiques sains pour les participants américains. Mais il n’y avait aucune preuve d’un tel lien pour les participants japonais.

Les différences peuvent être dues, en partie, aux relations entre les émotions positives et l’IMC (Indice de Masse Corporelle) dans chaque culture. Des émotions positives plus élevées ont été liées à une baisse de l’IMC et, à leur tour, à des profils lipidiques plus sains parmi les participants américains, mais pas parmi les participants japonais.

En démontrant que la variation culturelle dans le lien entre le bien-être émotionnel et le bien-être physique, cette recherche a une grande pertinence parmi ceux qui cherchent à promouvoir le bien-être dans les communautés et le lieu de travail, y compris les cliniciens, les cadres et décideurs politiques, et les évolutions en santé publique.

Enfin, dans le cadre des futurs travaux, les chercheurs examineront les données longitudinales (études dans lesquelles les sujets sont ”mesurés” plusieurs fois au cours du temps) afin de déterminer si la preuve suggère un lien de causalité direct entre les émotions et la santé. Ils espèrent également identifier des profils émotionnels qui pourraient être plus pertinents ou importants pour les résultats sanitaires dans les cultures de l’Asie de l’Est.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Septembre 2017


Sources

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s