Influence et impact des vloggers et des réseaux sociaux sur l'alimentation des jeunes

Influence et impact des vloggers et des réseaux sociaux sur l’alimentation des jeunes

L’avènement d’Internet et des réseaux sociaux bouleverse nombreux comportements dans nos vies.

Sans diaboliser ce que l’on peut considérer comme étant un prolongement de la radio et de la télévision, la façon de communiquer depuis la fin du XIX siècle a fait un bond considérable.

Bien qu’Internet et les réseaux sociaux soient des outils pratiques et révolutionnaires, il n’en reste pas moins que certains usages et certaines conséquences sont à pointer du doigt.

Internet n’appartient à personne. Le manuel d’utilisation et du savoir-vivre des réseaux sociaux s’invente, évolue et se façonne au bon vouloir de chacun, et parfois un peu trop du côté des « e-dictatures » imposées par le marketing, la nouvelle économie et les politiques.

Marketing et alimentation sur les réseaux sociaux
Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

En raison de sa nature décentralisée, Internet permet une grande liberté et à certaines personnes de vivre (de) leur identité numérique en créant des contenus ou en consommant des contenus.

Dans les tuyaux d’Internet certains réseaux sociaux font naître des vocations et des métiers naissants et mutants comme le vlogging. Je dis aussi « mutants », car au fond, certains vloggers ne sont qu’une sorte d’homme-sandwich, de VRP en version numérique, où l’individu qui se produit et se met en scène dans un blog vidéo (vlog) reflète plus un enjeux marketing et publicitaire.

Cette zone d’influence des médias sociaux a de grands pouvoirs, et notamment sur les plus jeunes et leurs comportements alimentaires.

En effet, comme le met en évidence une étude publiée en mars 2019 dans la revue Pediatrics, les médias sociaux jouent un rôle sur l’apport alimentaire des enfants.

L'influence négative des médias sociaux

L’influence négative des médias sociaux


Avant tout, si le fait de lire « Influence négative des médias sociaux » en titre vous fait réagir et dire « il y va un peu fort, Internet ce n’est pas dangereux et les réseaux sociaux c’est très utile ! ». Je vous répondrais que non, c’est justifié à l’heure actuelle d’alerter et d’éduquer, bien sûr sans être alarmiste et en restant optimiste.

Pour rappel, on parle quand même aujourd’hui de digital détox (désintoxication numérique), d’addiction numérique, de dépendance numérique, et certaines personnes achètent à leurs mômes un smartphone qui vaut aux alentours de 1000 €. Vous ne trouvez pas ça légèrement inquiétant ?

D’ailleurs, certains moments passés par exemple dans les transports en commun ou autour d’une table de certaines familles ressemblent plus à un moment de grande solitude partagée, de vide, avec des zombies tous sollicités par les surexpositions de pseudos stars du Web.

L'usage excessif d'écran lié au risque de suicide

Selon un communiqué de presse de Médiamétrie publié en février 2019, « En 10 ans le temps passé sur internet a quadruplé. Les 35-49 ans sont les plus férus d’internet : ils y passent près de 2h30 chaque jour. Mais les jeunes sont de plus en plus présents sur internet, à l’image des 11-14 ans qui consacrent aujourd’hui 1h26 à surfer chaque jour, soit 23 minutes de plus qu’en 2017. »

« On recense également 6,5 millions de Français particulièrement adeptes d’internet, avec 6h49 d’utilisation quotidienne. Ils ne représentent que 15% de la population internaute mais 44% du temps passé sur internet. »

« Les réseaux sociaux s’imposent comme 1ère activité sur internet : ils représentent 1/5 du temps passé sur internet et 1/3 chez les 15-24 ans. Chaque jour, 30 millions de personnes se rendent sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, chaque génération possède son réseau de prédilection. »

Médias sociaux et consommation alimentaire des enfants

Médias sociaux et consommation alimentaire


Les recherches actuelles montrent que le soutien des célébrités et la publicité à la télévision des aliments malsains augmentent la consommation de ces aliments par les enfants.

Cependant, les enfants sont de plus en plus exposés au marketing par le biais du numérique, tels que les médias sociaux, et l’impact du marketing par les blogueurs vidéo (vloggers) sur YouTube sur ces résultats n’a pas été connu à ce jour.

Selon un rapport récent publié par Ofcom au Royaume-Uni, les enfants ont désormais plus que jamais accès aux médias sociaux.

Environ 93% des 8-11 ans vont en ligne, 77% utilisent YouTube et 18% ont un compte sur les réseaux sociaux.

Parmi les enfants plus âgés (de 12 à 15 ans), 99% vont en ligne, 89% utilisent YouTube et 69% ont un compte de réseau social.

Les deux groupes d’âge regardent les vloggers sur YouTube.

Les réseaux sociaux deviennent des environnements obésogènes

Les réseaux sociaux deviennent des environnements obésogènes


L’obésité chez les enfants est un problème de santé mondial.

Les environnements alimentaires obésogènes, dans lesquels les aliments à haute teneur en graisses saturées, à haute teneur en sel et/ou à haute teneur en sucre sont de plus en plus disponibles et largement commercialisés, sont un facteur prédominant du système de prise de poids de la population.

Obésité et sédentarité des familles

L’OMS a appelé les gouvernements à mettre en œuvre des politiques favorisant la consommation d’aliments sains et réduisant la consommation d’aliments malsains chez les enfants et les adolescents.

Les effets néfastes du marketing télévisé traditionnel et du placement de produits sur le comportement alimentaire des enfants sont bien établis.

Internet est maintenant une plate-forme majeure pour le marketing des produits alimentaires, et des études récentes suggèrent que le marketing numérique peut avoir des effets similaires à ceux de la télévision.

La recherche a également démontré un effet « hors marque » du marketing alimentaire numérique, selon lequel l’apport alimentaire global ultérieur des enfants augmente.

La mélatonine des enfants diminue avec la lumière bleue

La consommation de médias numériques pour les enfants augmente rapidement


Lorsqu’ils sont en ligne, de nombreux enfants utilisent les sites de réseaux sociaux et dans les médias sociaux, le marketing est généralement intégré à un contenu multimédia divertissant, qui encourage activement les enfants à partager leurs expériences avec leurs pairs.

Les médias sociaux ont également créé une nouvelle forme de célébrité.

Les « influenceurs en ligne » rassemblent un nombre considérable de fans et dont les opinions peuvent affecter celle de leurs abonnés.

Les marques recherchent des relations promotionnelles avec les influenceurs en raison de leur portée et de la confiance que leurs adeptes ont en eux.

Influenceurs, vloggers et marketing alimentaire

Les influenceurs s’engagent souvent dans des activités de marketing alimentaire sur les médias sociaux en présentant des marques et des produits dans leur contenu, et il n’est pas encore clair si cela affecte les comportements alimentaires des jeunes.

Des modèles psychologiques récents suggèrent que la réactivité aux signaux alimentaires est modérée par des facteurs de message, y compris le niveau d’intégration des signaux alimentaires.

En raison de la nature intrinsèque des signaux alimentaires dans le contenu des médias d’influence, la sensibilisation des enfants au marketing peut être faible et les effets potentiels plus puissant que pour la télévision, sur lequel même les jeunes enfants peuvent discerner ce qu’est le marketing et ce qui est contenu.

En outre, la théorie de l’apprentissage social affirme que le goût des enfants pour un personnage augmente la probabilité d’imiter l’action de ce dernier.

Réseaux sociaux et régime alimentaire

Par conséquent, l’exposition à un personnage médiatique admiré, comme un influenceur, la détention d’un produit alimentaire peut encourager ces comportements chez les enfants.

Il a été démontré que le fait que les aliments à teneur élevée en graisse, sel et sucre soient endossés par des célébrités traditionnelles dans les publicités télévisées augmentait leur préférence pour ces produits et leur consommation, avec des résultats moins robustes observés pour des aliments sains.

Les enfants affirment que les influenceurs sont plus dignes de confiance que les célébrités traditionnelles, peut-être en raison d’un sentiment accru de familiarité.

Pourquoi les enfants et les adolescents sont particulièrement sensibles à l'impact perturbateur du sommeil de l'électronique ?

Influence des vloggers et impact du marketing d’influenceurs sur les comportements alimentaires


Au cours de l’étude publiée dans Pediatrics, 176 enfants âgés de 9 à 11 ans ont été divisés au hasard en trois groupes égaux.

Des pages Instagram, artificielles mais réalistes, de vloggers populaires, chacun comptant des millions d’abonnés, ont été montrées.

Un groupe a vu des images du vlogger avec des collations malsaines, le deuxième groupe des images du vlogger avec des collations saines et le troisième groupe des images du vlogger avec des produits non alimentaires.

La consommation ultérieure de collations par les participants — options saines et malsaines — a été mesurée.

Les enfants du groupe qui ont visionné les images de collations malsaines consomment 32% de calories supplémentaires dans les collations malsaines et 26% de kilocalorie au total (collations saines et malsaines) par rapport aux enfants qui visionnent des images non alimentaires.

Il n’y avait pas de différence significative entre la consommation totale de kilocalorie et la consommation de « collations santé » entre les enfants qui voyaient le profil Instagram avec des images saines et ceux qui voyaient les images non alimentaires.

Réductions du besoin alimentaire

Malbouffe et réseaux sociaux


Ces résultats suggèrent que la commercialisation d’aliments malsains, via les pages Instagram de vloggers, augmente l’apport énergétique immédiat des enfants, mais les recommandations d’aliments sains ont peu ou pas d’effet sur la consommation d’aliments sains.

Actuellement, les jeunes font plus confiance aux vloggers qu’aux célébrités, de sorte que leur endossement est encore plus percutant et exploitant.

Des restrictions plus strictes sont nécessaires en ce qui concerne le marketing numérique des aliments malsains auxquels les enfants sont exposés sur les médias sociaux et les parents doivent non seulement surveiller et protéger leurs enfants.

L’idée ce n’est pas d’être fermé à cette géniale invention qu’est Internet ni de tout diaboliser, mais simplement d’être conscient que lorsque des vloggers réussissent à convaincre (de façon masquée) vos enfants de manger tel ou tel aliment, jusqu’à en modifier leur comportement alimentaire, il y a clairement un souci.

Protégez vos enfants des effets néfastes des réseaux sociaux

Ensemble, retournez dans la nature, allez cueillir et ramasser des fruits et des légumes, cuisinez, goûtez, partagez le plaisir de savourer, et réduisez au maximum l’usage des réseaux sociaux seul ou en famille.

Le seul réseau social qui doit vous influencer c’est vous et votre entourage (votre famille et l’entourage que vous construisez) et pas des boutonneux avec des croûtes de lait sur leur tête, presque tous manipulés par des marques de chewing-gums connectés en Bluetooth pour gagner plein de followers en full mood Britney Spears dans Toxic.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Mars 2019

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


« Social Media Influencer Marketing and Children’s Food Intake: A Randomized Trial. », Pediatrics, 2019; e20182554 DOI: 10.1542/peds.2018-2554

« La cure de désintoxication numérique serait inutile, voire dommageable, disent des chercheurs », https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1148408/detox-numerique-inutile-dommageable-sante-mentale-psychologie

« Détox numérique: halte à l’intox! », https://www.huffingtonpost.fr/serge-tisseron/detox-numerique-halte-intox_b_5616246.html

« #55 Offline is the new luxury », https://www.lemanalshow.com/single-post/episode55

« L’Année Internet 2018. Toujours plus de connexions », Communiqué de Presse publiée le 14 février 2019, https://www.mediametrie.fr/fr/lannee-internet-2018

Photos © rawpixel ; Hipster Mum ; Becca Tapert ; BENCE BOROS ; S O C I A L . C U T ; Jason Rosewell

2 réflexions sur “Influence et impact des vloggers et des réseaux sociaux sur l’alimentation des jeunes

  1. Bonjour Jimmy,
    Merci pour cet article qui est carrément alarment concernant le net et les réseaux sociaux. Personnellement j’ai 5 enfants j’ai conscience de ce que tu nous raconte dans ton article, mais je ne pensais pas que c’était à ce point-là.
    Et qu’on est arrivé à un tel degré.
    Je tiens un blog moi aussi dans l’alimentation dont voici le lien si tu veux faire un tour : mon-super-regime.com
    Ou justement je propose des solutions contre ces excès. Je parle en trotte du jeûne intermittent, mais peut-être que tu connais aussi ?

    1. Bonjour, merci pour le commentaire. Effectivement, l’impact des vlogs n’est pas minime sur les comportements et les habitudes alimentaires des plus jeunes.
      Oui, je connais le jeûne intermittent, qui est aussi un sujet traité sur ce blog.

Les commentaires sont fermés.