Nos motivations biaisent la manière dont nous recueillions des informations

Nos motivations biaisent la manière dont nous recueillions des informations

Les gens ont tendance à recueillir des informations avant de porter des jugements. Étant donné que les informations sont souvent illimitées, il faut décider quand les données sont suffisantes pour parvenir à une conclusion.

Afin d’approfondir les connaissances de ce mécanisme, des chercheurs se sont penchés sur la façon dont nous prenons la décision d’arrêter de collecter des données.

Une étude publiée le 27 juin 2019 dans la revue PLOS Computational Biology suggère que les personnes arrêtent de rassembler des preuves plus tôt lorsque les données corroborent la conclusion souhaitée plutôt que lorsqu’elles corroborent la conclusion qu’elles souhaitent être fausse.

Plus clairement, l’accumulation de preuves est altérée par ce que les gens veulent croire.

Regarder des choses inspirantes
“Un jugement trop prompt est souvent sans justice.” Voltaire

Des études antérieures avaient déjà fourni des indices selon lesquels les gens rassemblaient moins d’informations avant d’atteindre les croyances souhaitables.

Par exemple, les personnes sont plus susceptibles de demander un deuxième avis médical lorsque le premier diagnostic est grave. Affronter autre chose que ce dont à quoi on s’attend est parfois difficile à admettre.

Cependant, certaines limitations de conception de ces études ne permettaient pas de tirer une conclusion définitive et les raisons de ce biais étaient auparavant inconnues.

En adaptant le comportement des gens à un modèle mathématique, une équipe de chercheurs a été en mesure d’identifier les raisons de ce biais.

L'accumulation de preuves est biaisée par la motivation
“Rien ne nous trompe autant que notre jugement.” Léonard de Vinci

L’accumulation de preuves est biaisée par la motivation


Les recherches de cette équipe suggèrent que les gens partent du principe que leur conclusion privilégiée est plus vraisemblable et pèse plus lourdement dans chaque élément de preuve que contre ceux qui le contredisent.

De ce fait, ils ne trouveront pas le besoin de rassembler des informations supplémentaires qui auraient pu révéler leur identité et la conclusion sera fausse. « Ils arrêteront l’enquête dès que le jury se prononcera en leur faveur », expliquent les auteurs.

Pour réaliser cette étude, 84 volontaires ont été invité à jouer à un jeu de catégorisation en ligne dans lequel ils pouvaient rassembler autant de preuves qu’ils voulaient pour les aider à porter des jugements. Ils étaient payés en fonction de leur précision.

Notons que les montants des récompenses et des pénalités n’étaient pas spécifiés. Ils différaient selon les essais, ce qui empêchait les participants d’utiliser des stratégies reposant sur le calcul d’une valeur exacte attendue.

En outre, si les éléments de preuve indiquaient une certaine catégorie, ils obtiendraient des points de bonus. A contrario, ils perdraient des points. Il était donc raisonnable de souhaiter que la preuve reflète un jugement spécifique, mais le seul moyen pour les volontaires de maximiser les récompenses était de fournir des réponses précises.

Malgré cela, ils ont constaté que les volontaires avaient cessé de rassembler des données plus tôt, ce qui leur permettait de conclure que leur conclusion était la même que si elle soutenait la conclusion indésirable.

La motivation a un effet profond sur le processus par lequel les preuves sont accumulées
“Le satanique ennemi de la véritable histoire : la manie du jugement.” Marc Bloch

La motivation a un effet profond sur le processus par lequel les preuves sont accumulées


A l’heure du « tout numérique », une quantité illimitée d’informations est disponible en quelques clics de souris ou de swipe (glissements de doigts). de souris.

Cependant, étant donné que les personnes sont susceptibles de faire moins de recherches lorsque les premiers résultats fournissent des informations souhaitables, cette richesse de données ne se traduira pas nécessairement par des croyances plus précises.

Trouver des réponses sur Internet
“Tout le monde se plaint de sa mémoire, et personne ne se plaint de son jugement.” François de La Rochefoucauld

Ceci est très bien assimilé par certains spécialistes du référencement sur Internet (SEO ou search engine optimization).

Grâce à l’optimisation pour les moteurs de recherche, qui vise à optimiser la visibilité d’une page web dans les résultats de recherche d’un moteur comme Google ou Bing, ils offrent à l’internaute le plus souvent des résultats attendus.

Même s’ils ne sont pas foncièrement vrais, précis ou meilleurs que des résultats nichés dans des pages plus profondes et nécessitant plus de clics de la part de l’internaute.

Toutes les entreprises souhaitent atteindre la première page d’un résultat de recherche, car ils savent que les internautes se fient souvent au premier résultat trouvé, surtout s’il correspond à la motivation de l’internaute plus qu’à la vérité.

Notre source de motivation
“Ni l’intelligence ni le jugement ne sont créateurs.” Antoine de Saint-Exupéry

Ces résultats montrent que la motivation à maintenir une certaine conviction réduit le besoin de preuves à l’appui.

Lorsque nous souhaitons obtenir une réponse, nos jugements sont formés au fil du temps, à mesure que l’information est accumulée.

Pour décider de continuer à collecter des preuves jusqu’à ce qu’un certain seuil soit atteint notre décision implique un compromis entre temps et précision.

Afin de s’améliorer, il semble donc important de comprendre l’influence de notre désir de maintenir une conviction par rapport à une autre.

Enfin, les auteurs souhaitent pousser leur étude dans le but de déterminer quels facteurs rendent certaines personnes plus susceptibles d’avoir un biais dans la façon dont elles recueillent des informations que d’autres.

Par exemple, ils sont curieux de savoir si les enfants pourraient montrer le même biais que celui révélé dans cette étude, ou si les personnes souffrant de dépression, qui est associée à des problèmes de motivation, ont des schémas de collecte de données différents.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Juin 2019

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


Filip Gesiarz, Donal Cahill, Tali Sharot. Evidence accumulation is biased by motivation: A computational account. PLOS Computational Biology, 27 juin 2019 ; 15 (6): e1007089 DOI: 10.1371/journal.pcbi.1007089

Norbet Chatillon. Juger l’autre, c’est porter un jugement sur soi. https://www.psychologies.com/Moi/Moi-et-les-autres/Relationnel/Articles-et-Dossiers/Arreter-de-tout-juger/Norbet-Chatillon-Juger-l-autre-c-est-porter-un-jugement-sur-soi

Photos © Joanna Kosinska ; Jurica Koletić ; Glenn Carstens-Peters ; Jason Wong ; Vale Zmeykov

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.