Les bienfaits des champignons contre le déclin cognitif

Les bienfaits des champignons contre le déclin cognitif

Les champignons comestibles font partie des ingrédients de nombreuses recettes de cuisines traditionnelles. Simples à cuisiner et offrant une palette de formes et de goûts assez large, les champignons sont des êtres vivants qui ne sont d’origine ni animal, ni végétal. Ils constituent un règne biologique à part.

La consommation de champignons permet de profiter de bonnes sources d’antioxydants, de vitamines et de minéraux essentiels, et ils aideraient aussi à peut réduire le risque de déclin cognitif.

Des chercheurs ont constaté que les personnes âgées qui consomment plus de deux portions standard de champignons par semaine risquent 50% moins de souffrir d’une déficience cognitive légère.

Les résultats de l’étude sont publiés dans la revue Journal of Alzheimer’s Disease du 12 mars 2019.

Les effets magiques des champignons pour la santé

Les effets magiques des champignons pour la santé


Manger plus de deux portions standard de champignons par semaine réduit le risque de 50% de souffrir d’une déficience cognitive légère.

Les auteurs définissent une portion qui correspond à trois quarts d’une tasse de champignons cuits avec un poids moyen d’environ 150 grammes. Deux portions équivaudraient à environ une demi-assiette.

Bien que la taille des portions serve de ligne directrice, il a été démontré que même une petite portion de champignons par semaine peut toujours être bénéfique pour réduire les risques de déficience cognitive légère.

Cette corrélation est surprenante et encourageante, sachant que cet ingrédient couramment disponible pourrait avoir un effet intéressant sur le déclin cognitif.

L’étude a été menée pendant 6 ans de 2011 à 2017. Elle a permis de recueillir des données auprès de plus de 600 personnes âgées de plus de 60 ans vivant à Singapour.

Bienfaits de l'exercice physique contre la dépression chez les personnes âgées

La déficience cognitive légère chez les personnes âgées


La déficience cognitive légère est généralement considéré comme le stade entre le déclin cognitif du vieillissement normal et le déclin plus grave de la démence.

Les personnes âgées atteintes de déficience cognitive légère présentent souvent une forme de perte de mémoire ou d’oubli et peuvent également présenter un déficit d’autres fonctions cognitives telles que le langage, l’attention et les capacités visuo-spatiales.

Cependant, les changements peuvent être subtils, car ils ne connaissent pas de déficits cognitifs invalidants qui affectent les activités de la vie quotidienne, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence.

Les personnes atteintes de déficience cognitive légère sont toujours capables de mener leurs activités quotidiennes normales. Les chercheurs ont donc dû déterminer dans cette étude si ces personnes avaient des résultats plus médiocres aux tests de neuropsychologie standard que d’autres personnes du même âge et du même niveau d’éducation.

Manger des champignons

Les tests neuropsychologiques sont des tâches spécifiquement conçues pour mesurer différents aspects des capacités cognitives d’une personne. En fait, certains des tests que les auteurs ont utilisés dans cette étude sont issus de la batterie de tests de QI couramment utilisée, la Wechsler Adult Intelligence Scale (WAIS).

Les chercheurs ont mené des entretiens approfondis et des tests avec les personnes âgées afin de déterminer un diagnostic précis. L’interview réalisée prenait en compte les informations démographiques, les antécédents médicaux, les facteurs psychologiques et les habitudes alimentaires. Ils ont aussi mesuré la tension artérielle, le poids, la taille, ou la vitesse de marche.

Dans la suite, une évaluation neuropsychologique standard de deux heures a été réalisée, ainsi qu’une évaluation de la démence. Les résultats globaux de ces tests ont été discutés en profondeur avec des psychiatres experts impliqués dans l’étude afin d’obtenir un consensus de diagnostic.

Les antioxydants des champignons luttent contre le vieillissement et les maladies neurodégénératives

Champignons et déficience cognitive


Afin de réaliser cette étude, les chercheurs ont utilisé 6 champignons couramment consommés à Singapour et disponibles pour certains dans de nombreux pays (champignons blancs, shiitakés, champignons séchés, champignons en conserve…).

Cependant, il est probable que d’autres champignons non référencés auraient également des effets bénéfiques.

Les chercheurs pensent que la raison de la prévalence réduite de déficience cognitive légère chez les consommateurs de champignons pourrait être due à un composé spécifique présent dans presque toutes les variétés.

Les chercheurs sont intéressés par un composé appelé l’ergothionéine. Isolée la première fois en 1909, l’ergothionéine est un dérivé (bétaïne de thiol histidine) produit par différents champignons.

L’ergothionéine est un antioxydant et un anti-inflammatoire unique que les humains sont incapables de synthétiser par eux-mêmes. Mais il peut être obtenu grâce à des sources alimentaires, et l’un des principaux étant les champignons.

Les bienfaits des champignons sur la santé grâce aux antioxydants

Une étude antérieure réalisée sur des personnes âgées a révélé que les concentrations plasmatiques d’ergothionéine chez les participants présentant une déficience cognitive légère étaient nettement inférieures à celles des individus en bonne santé du même âge.

D’autres composés contenus dans les champignons (hericénones, erinacines, scabronines, dictyophorines) peuvent également être avantageux pour réduire le risque de déclin cognitif. Ils peuvent favoriser la synthèse de facteurs de croissance nerveuse.

Les composés bioactifs présents dans les champignons peuvent également protéger le cerveau de la neurodégénérescence en inhibant la production de bêta-amyloïde, de tau phosphorylé et d’acétylcholinestérase.

Enfin, la prochaine étape de recherche potentielle pour cette équipe consiste à réaliser un essai contrôlé randomisé avec le composé pur d’ergothionéine et d’autres ingrédients à base de plantes, tels que la L-théanine et les catéchines de feuilles de thé, afin de déterminer l’efficacité de tels phytonutriments pour retarder le déclin cognitif.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Juin 2019

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires. Lire la suite.

Sources externes


« The Association between Mushroom Consumption and Mild Cognitive Impairment: A Community-Based Cross-Sectional Study in Singapore. », Journal of Alzheimer’s Disease, Mars 2019 ; https://content.iospress.com/articles/journal-of-alzheimers-disease/jad180959 ; 1 DOI: 10.3233/JAD-180959

Photos © Sergiu Nista ; Sandis Helvigs ; Nick Grappone

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.