Notre dépendance numérique augmente la solitude, l'anxiété et la dépression

Notre dépendance numérique augmente la solitude, l’anxiété et la dépression

La dépendance numérique est une drogue virtuelle pour un mal bien réel. Une prise en otage de nos réactions biologiques organisée par les entreprises technologiques.

Aujourd’hui, les smartphones sont monnaie courante quel que soit l’âge. Ces outils numériques font partie intégrante de la vie de la plupart des gens, ce qui nous permet de rester connectés et informés en tout temps. Précisons que « le nombre d’utilisateurs de téléphone mobile dans le monde devrait dépasser la barre des 5 milliards d’ici 2019″.

L’inconvénient de cette commodité est que beaucoup d’entre nous sont également accros aux notifications, aux pings constants, aux alarmes et autres alertes de nos appareils, incapables d’ignorer les nouveaux e-mails, textes et images provenant des messageries et profils de réseaux sociaux.

L'usage excessif d'écran lié au risque de suicide

Dans une étude publiée le 31 mars 2018 dans la revue NeuroRegulation, des chercheurs soutiennent que la surutilisation des téléphones intelligents est semblable à n’importe quel autre type de toxicomanie. Cet abus parfois démesuré du numérique augmente la solitude, l’anxiété et la dépression.

En effet, la dépendance comportementale de l’utilisation de smartphones commence à former progressivement des connexions neurologiques dans le cerveau de la même manière que les personnes qui prennent de l’Oxycontin LP pour soulager la douleur, en particulier les douleurs d’origine cancéreuses. Ce dernier est composé d’oxycodone, un dérivé de la thébaïne qui appartient à la famille des opioïdes. Analgésique stupéfiant très puissant, il est apparenté à la morphine.

La cyberdépendance : une toxicomanie devenue presque banale

La cyberdépendance : une toxicomanie devenue presque banale


Un homme qui se noie s’accroche à tout ce qui flotte. Internet est un peu comme la bouée de sauvetage de notre mémoire en naufrage. Le déchargement cognitif — ou la tendance à compter sur des choses comme l’Internet en tant qu’aide-mémoire — augmente après chaque utilisation.

Cercle vicieux, la dépendance numérique augmente la solitude, l’anxiété et la dépression. Aussi, la dépendance à la technologie des médias sociaux peut avoir un effet négatif sur la connexion sociale.

Dans un sondage mené auprès de 135 étudiants de l’État de San Francisco (États-Unis), les chercheurs ont constaté que les étudiants qui utilisaient leur téléphone étaient ceux qui se sentaient le plus souvent isolés, solitaires, déprimés et anxieux.

Ils croient que la solitude est en partie une conséquence du remplacement de l’interaction face à face par une forme de communication où le langage corporel et d’autres signaux ne peuvent être interprétés. Ils ont également constaté que ces mêmes étudiants sont presque constamment multitâches. Ils utilisent leur smartphone tout en étudiant, en regardant d’autres médias, en mangeant ou en assistant à la classe.

Cette activité constante laisse peu de temps aux corps et aux esprits pour se détendre et se régénérer, et donne également lieu à une sorte de semi-emploi, où les gens accomplissent deux ou plusieurs tâches en même temps, à la place de se concentrer sur une tâche à la fois.

L'heure d'une cure de sevrage numérique

L’heure d’une cure de sevrage numérique


Ne culpabilisons pas. Les chercheurs notent que la dépendance numérique n’est pas notre faute mais le résultat de la volonté de l’industrie technologique d’augmenter les bénéfices des entreprises.

Plus d’œils posés sur les écrans = plus de clics = plus d’argent. Les notifications push, les vibrations et autres alertes sur nos téléphones et ordinateurs nous obligent à les regarder en déclenchant les mêmes voies nerveuses dans notre cerveau qui nous alertaient d’un danger imminent, comme une attaque d’un tigre ou d’un autre grand prédateur.

Mais maintenant nous sommes pris en otage par ces mêmes mécanismes qui nous protégeaient autrefois et nous ont permis de survivre – pour les informations les plus triviales.

La mélatonine des enfants diminue avec la lumière bleue

Tout comme nous pouvons nous entraîner à manger moins de sucre, par exemple, nous pouvons prendre en charge et nous entraîner à être moins dépendants de nos téléphones et de nos ordinateurs.

La première étape consiste à reconnaître que les entreprises technologiques manipulent nos réactions biologiques innées au danger.

Les chercheurs suggèrent de désactiver les notifications push, de répondre uniquement aux e-mails et aux réseaux sociaux à des moments précis et de programmer des périodes sans interruption pour se concentrer sur des tâches importantes.

Changer nos habitudes d'utilisation et éviter un trouble de dépendance à Internet (TDI)

Changer nos habitudes d’utilisation et éviter un trouble de dépendance à Internet (TDI)


Afin d’éviter un usage problématique d’Internet, il devient impératif de prendre des mesures proactives pour changer nos habitudes d’utilisation de la technologie. Plusieurs options s’offrent à nous, et la recette miracle n’existe pas. Il est juste primordial de se respecter et renforcer son regard sur ces usages.

Par exemple, certains entrepreneurs n’ont pas attendu des scandales comme le Cambridge Analytica Gate de Facebook pour prendre du recul et choisir de fermer leurs comptes de médias sociaux. Cette action radicale est une forme de recentrage pour renforcer les liens personnels avec les gens et parler aux gens en personne.

D’autres ont cessé d’utiliser des écouteurs pendant leur marche afin d’être plus conscient de leur environnement. Quand ils sortent avec des amis, ils mettent tous leurs téléphones au centre de la table, et le premier à les toucher achète les boissons.

En effet, nous devons devenir créatifs et aborder la technologie d’une manière différente qui intègre toujours les compétences dont nous avons besoin, mais qui n’enlèvent rien à l’expérience de la vie réelle.

22 idées contre la cyberaddiction

22 idées contre la cyberaddiction


L’objectif d’une cure détox numérique est de recouvrer son intégrité corporelle et psychique, reprendre le contrôle sur une distraction temporaire qui ne laisse pas indemne.

Le but n’est pas de diaboliser, mais de se prémunir d’une réelle cyberaddiction qui avance à grands pas.

  1. Faire le tri des comptes de réseaux sociaux crée et supprimer les moins utilisés
  2. Faire le tri des contacts sur les réseaux sociaux
  3. Se désinscrire des newsletters qui nous polluent et mettre en « Indésirable » les e-mails de marketing persistants
  4. Supprimer les liens que vous ne visiterez plus jamais
  5. Supprimer les e-mails qui ne demandent aucune réponse ou qui sont déjà réglés
  6. Adopter une meilleure posture et éviter de pencher son cou sur son téléphone
  7. Utiliser dès que possible le système de haut-parleur du téléphone portable et réduire l’usage des écouteurs, qui peuvent émettre autant d’ondes à la tête qu’un smartphone
  8. Éteindre les routeurs ADSL et le Wi-Fi durant la nuit et lorsqu’ils ne sont pas utilisés
  9. Éteindre les appareils à des périodes déterminées et se concentrer pleinement sur le monde physique, par exemple aux heures de repas et l’heure du coucher.
  10. Éteindre les notifications et les alertes des smartphones et des tablettes
  11. Passer plus de temps à se promener dans la Nature et respirer l’air frais loin de l’attraction des gadgets électroniques
  12. Accorder franchement votre attention physique complète à vos proches, amis et collègues quand ils en ont besoin, sans vous laisser distraire par votre téléphone ou votre tablette
  13. Supprimer tous les groupes en ligne auxquels vous ne participez pas, faites un ménage complet dans vos listes d’amis de réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat…) en adaptant les paramètres de confidentialité
  14. Arrêter de suivre des blogs et des sites que vous ne lisez jamais
  15. Organiser son poste de travail pour optimiser l’archivage
  16. Supprimer toutes les applications inutiles
  17. Nettoyer les diverses boîtes de réception surchargées
  18. Mettre à jour les paramètres de confidentialité des différentes plateformes de médias sociaux
  19. Vérifier qui peut voir votre profil et vos informations personnelles
  20. Essayer de ne pas répondre dans l’immédiateté aux messages et choisir plus consciemment quand répondre
  21. Réduire le nombre d’heures passées en ligne et sur les différents appareils
  22. Penser à ce qui vous rend vraiment heureux dans votre univers digital et bonifier ce le lieu comme vous l’entendez

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Avril 2018

Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.