Anémie et nutrition chez les personnes ménopausées

Les mauvaises habitudes alimentaires : cause d’anémie chez les femmes âgées ?

Une mauvaise alimentation est associée à un risque accru de développer une anémie chez les femmes ménopausées

Anémie et nutrition chez les personnes ménopausées

Les mauvaises habitudes alimentaires peuvent entraîner une anémie chez les femmes âgées selon une étude qui révèle le rapport entre baisse de l’apport en nutriments et augmentation de risque d’anémie. Les chercheurs ont analysé les données sur une cohorte de 72833 femmes ménopausées âgées de 50 à 79 ans aux États-Unis. Ils ont constaté que les lacunes dans plus d’un seul nutriment étaient associés à un risque accru de 21% de l‘anémie persistante, et un risque accru de 44% sur des carences à trois éléments nutritifs. Les femmes souffrant d’anémie consommaient moins de protéines, d’acide folique,  de vitamine B12, de fer, de vitamine C et de la viande rouge, que les autres femmes, selon l’étude. Les résultats sont publiés dans le numéro d’avril 2011 du Journal of the American Dietetic Association.

Un étude entre les apports en éléments nutritifs et la prévalence de l’anémie

Étonnamment, l’insuffisance de l’apport en éléments nutritifs a été moins fréquente auprès des personnes de race blanche  que dans les autres groupes raciaux ou ethniques : 7,4% comparativement à 14,6% des insulaires d’Asie / Pacifique, 15,2% des Américains autochtones de l’Alaska, 15,3% des Noirs et 16,3% des Hispaniques. Les chercheurs ont également constaté que l’utilisation des suppléments de multivitamines et de minéraux n’a pas été associée à une baisse des taux d’anémie. Par contre, l’âge, indice de masse corporelle (IMC) et le tabagisme ont été associés à l’anémie.

L’anémie a été liée à un risque accru de décès et, « l’anémie, en particulier la carence en fer, a été associée à une capacité réduite pour le travail physique et l’inactivité physique, les blessures liées aux chutes et aux hospitalisations, ce qui apporte une préoccupation importante des soins de santé dans le cadre du vieillissement », a souligné le chercheur principal, Cynthia A. Thomson, professeur agrégé de sciences de la nutrition à l’Université de l’Arizona à Tucson.

« Les efforts visant à identifier l’anémie qui peut être sensible à des facteurs modifiables, tels que l’alimentation pour améliorer la santé, sont nécessaires », concluent les chercheurs. « Des efforts supplémentaires pour évaluer régulièrement les femmes ménopausées de l’anémie doivent être considéré et être accompagné d’une évaluation de l’apport alimentaire pour déterminer l’adéquation de l’apport de nutriments à l’anémie associée, y compris le fer, la vitamine B12 et de folate », écrivent-ils. « Bien que le type d’anémie est souvent désigné par une évaluation biochimique plus complète que l’hémoglobine seule. Le traitement nutritionnel tente d’améliorer l’ensemble des éléments nutritifs dans leur densité et leur qualité. L’alimentation doit aussi être au centre des débats cliniques », ajoute Thomson et ses collègues.

© Blog Nutrition Santé

Sources via Journal of the American Dietetic Association (Étude au format PDF, en anglais US.)/ via Communiqué de presse officiel (PDF)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s