Des applications de smartphone pour réduire et traiter la dépression

L’avenir des applications de smartphone pour réduire et traiter la dépression

Depuis l’avènement du téléphone mobile et du téléphone intelligent (smartphone), le paysage urbain est envahi de zombies avec la tête baissée vers son écran et le pouce bien aiguisé.  Il n’est pas rare de parler à son interlocuteur et qu’il ne soit pas dérangé de nous écouter à moitié tout en regardant son téléphone dernier cri qu’il a payé plus cher que son loyer.

Ces remarques sur l’invasion des nouvelles technologies et leur intrusion dans notre quotidien ne sont pas à prendre à la légère. Même si le smartphone rend de nombreux services et peut s’utiliser avec intelligence, il change notre vie, notre communication et nos comportements, ce qui n’est pas anecdotique. Ce déchargement cognitif  affecterait même nos processus de pensée pour la résolution de problèmes, le rappel et l’apprentissage.

Cependant, en dehors des côtés négatifs sur les usages des NTIC et plus particulièrement du smartphone, une nouvelle recherche australienne a confirmé que les applications pour les smartphones sont une option de traitement efficace pour la dépression, ouvrant la voie à des interventions sûres et accessibles pour les millions de personnes dans le monde diagnostiquées avec ce trouble mental.

Des applications pour réduire les symptômes dépressifs

Les applications mobiles au service de notre santé mentale


La dépression est le trouble mental le plus répandu au niveau mondial. Pour traiter et soigner cette maladie croissante des chercheurs du National Institute of Complementary Medicine (NICM) et du Black Dog Institute en Australie, de l’École de médecine de Harvard (États-Unis), de l’Université de Manchester (Angleterre) ont examiné l’efficacité des traitements basés sur les smartphones pour la dépression.

Les chercheurs ont analysé 18 essais contrôlés randomisés qui ont examiné un total de 22 interventions différentes en matière de santé mentale. Les études ont porté sur plus de 3400 hommes et femmes âgés de 18 à 59 ans avec une gamme de symptômes et de troubles de la santé mentale, y compris la dépression majeure, la dépression légère à modérée, le trouble bipolaire, l’anxiété et l’insomnie.

La voie pour des thérapies numériques

La voie pour des thérapies numériques


Publiée le 21 septembre 2017 dans la revue scientifique World Psychiatry, l’étude a révélé que des applications de smartphones réduisaient considérablement les symptômes dépressifs des personnes, ce qui suggère que ces nouvelles thérapies numériques peuvent être utiles pour gérer l’état dépressif.

Cette découverte importante offre une nouvelle occasion de fournir des soins accessibles et abordables aux patients qui pourraient ne pas avoir accès au traitement. La majorité des gens dans les pays développés possèdent des smartphones, y compris les jeunes qui sont de plus en plus touchés par la dépression.

Combinés aux progrès technologiques rapides dans ce domaine, ces dispositifs peuvent finalement être capables de fournir des traitements instantanément accessibles et hautement efficaces pour la dépression, ce qui réduit le fardeau sociétal et économique de cette condition dans le monde entier.

Ces résultats ouvrent des voies pour des soins non stigmatisants et autonomes. Les données nous montrent que les smartphones peuvent aider les gens à surveiller, comprendre et gérer leur propre santé mentale.

L’utilisation d’Applications Mobiles dans le cadre d’une approche « médecine intégrative » (recours simultané à la médecine conventionnelle et aux médecines alternatives) pour la dépression a été démontrée comme particulièrement utile pour améliorer l’humeur et aborder les symptômes chez ces patients.

Les smartphones peuvent aider les gens à surveiller leur propre santé mentale

Quand il s’agit de dire « quelle application est la meilleure? » et « pour qui? », les résultats ont suggéré que ces interventions jusqu’à présent peuvent être plus applicables à ceux qui ont une dépression légère à modérée, car les avantages sur la dépression majeure n’ont pas encore été largement étudiés. Les chercheurs n’ont trouvé aucune différence dans les applications qui appliquent des principes de prise en charge par rapport aux programmes cognitifs de comportement comportemental ou de surveillance de l’humeur.

Malgré les premiers résultats prometteurs, il n’existe actuellement aucune preuve suggérant que l’utilisation d’applications seules peut surpasser les thérapies psychologiques standard ou réduire le besoin de médicaments antidépresseurs.

La dépendance de notre mémoire à internet

Mais, selon l’un des coauteurs de cette recherche et de ce programme de psychiatrie numérique, « cette recherche est un pas en avant prometteur dans l’utilisation des smartphones en santé mentale. Maintenant, les patients et les médecins sont confrontés à une vaste gamme d’applications de santé mentale, et savoir celles qui sont réellement utiles est impératif. Cette recherche fournit des informations essentielles sur l’efficacité des applications pour la dépression et offre des indices importants sur les types d’Applications qui peuvent aider les patients à gérer leur état« .

Enfin, en sachant que les applications peuvent être efficaces pour gérer la dépression, les recherches futures doivent maintenant étudier quelles caractéristiques produisent ces effets bénéfiques.

Compte tenu de la multitude d’applications disponibles, dont beaucoup ne sont pas réglementées, il est essentiel de débloquer les attributs spécifiques des applications qui ont les meilleurs avantages, afin de garantir que toutes les applications disponibles pour les personnes souffrant de dépression sont efficaces.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Septembre 2017


Sources externes

3 réflexions sur “L’avenir des applications de smartphone pour réduire et traiter la dépression

  1. Bonjour à tous,

    Personnellement je ne suis pas persuadé, pour le partage entre « personnes », la communication, les effets des ondes… des bien faits du téléphone portable.
    Nous y sommes trop attachés et cela ne fera que empirer (à mon sens)
    Par contre il est vrai que ça facilite bien des choses avec certaines applications, j’utilise par exemple une application de méditation qui m’a tout appris sur le sujet!
    Mais, les solutions ne nous sont-elles pas donné par le problème?
    Romain

    1. Bonjour Romain,

      Merci pour votre commentaire.

      Nous sommes bien d’accord sur le fait que les smartphones brisent et remodèlent la communication entre les gens dans le monde entier. Ce qui n’est fondamentalement pas nouveau. Tout comme la TV à son époque, et encore aujourd’hui, le pouvoir des écran et des outils de communication modernes soulèvent de nombreuses questions, éthiques, sociales et en matière de santé.

      Concernant les portables, Wi-Fi, tablettes, effectivement les ondes semblent néfastes, en particulier dans un usage non régulé et en fonction des sujets, des sensibilités, des temps d’exposition et des puissances. Le recul est encore minime, mais plusieurs études parlent de ce sujet, et pour l’heure aucune restriction n’existe réellement, sauf pour les personnes sensibles et fragiles (nourrissons, enfants en bas âges, personnes malades et âgées).

      C’est difficile de s’en passer aujourd’hui. Partout et tous, dans le même bateau. D’ailleurs pour répondre à cette publication, vous avez utilisez Internet et très probablement une connexion Wi-Fi, ou même avec un câble Ethernet. Que nous soyons, pour ou contre, les ondes nous entourent, comme le tabagisme passif ou la pollutions pétrochimique, les automobiles…, nous subissons aussi. Quel est le plus dangereux ? La nouveauté et la peur nous font faire des choix parfois irrationnels.

      Peut-être que ce passage vers une « inconnue » et avec des « pertes » est obligé afin de trouver une voie sur des futurs outils qui ne seraient pas avec des ondes néfastes pour les humains, les animaux et la Nature.

      Pour ce qui est de l’usage des applications, il y a du bon et du mauvais dans tout, mais entre des médicaments chimiques (avec des conséquences pas toujours roses) et ça, je vote pour l’App dans la mesure du possible, et avec l’espoir que des jeunes startups et des ingénieurs astucieux trouvent rapidement des outils plus sains pour la planète. Gageons que ce soit demain !

  2. Re, je suis bien d’accord avec vous, après je parle surtout de ces moments où tu es entre collègue, en famille, entre amis, où même entre personnes qui ne se connaissent pas et que tout le monde à la tête baissé sur son téléphone !!
    Je me bats avec ma femme pour qu’elle l’utilise moins personnellement !! 😉
    Bon j’arrête je commence déjà à parler de ma vie privé.
    Je ne m’inquiète pas non plus, outre mesure, de ce phénomène mais c’est vrai que ça coupe la comm.
    À bientôt
    Romain

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s