Le succès d’un régime peut dépendre de notre ADN

Le succès d’un régime peut dépendre de notre ADN

L’incidence de la maladie métabolique induite par l’alimentation a explosé au cours des cinquante dernières années, malgré les efforts des politiques de santé publique pour améliorer les recommandations diététiques universelles.

Des études comparant les modèles alimentaires des populations avec les résultats de santé ont historiquement fourni la base pour des recommandations d’un régime sain. Cependant, les preuves que les réponses des populations au régime sont des indicateurs fiables font défaut.

Téléchargez gratuitement le livre de Recettes Bio

Une étude publiée dans la revue Genetics le 20 novembre 2017, a étudié comment les différences génétiques influencent les réponses de santé à plusieurs régimes populaires chez les souris, qui sont similaires aux humains dans la composition génétique et la propension à développer une maladie métabolique, mais permettent un contrôle génétique et environnemental précis.

Les chercheurs ont conçu quatre régimes de souris comparables à l’homme qui sont représentatifs des régimes alimentaires les plus courants. À travers quatre souches de souris génétiquement distinctes, ils ont comparé l’impact du régime alimentaire américain sur la santé métabolique à trois régimes alternatifs, le régime méditerranéen, le régime japonais et  la diète cétogène (un régime analogue à ce que consomment les Masaïs). De plus, ils ont étudié les altérations métaboliques et épigénétiques associées à la réponse au régime alimentaire.

Un régime universel n'existe pas

Un régime universel n’existe pas


La liste des caractères affectés par la génétique s’agrandit. Notre corps répond à un régime particulier. En effet, la recherche sur des modèles animaux avec des gènes différents montre qu’un seul régime ne convient pas à tous, et ce qui fonctionne pour certains peut ne pas être le meilleur précepte pour d’autres.

Les conseils diététiques, qu’ils proviennent des politiques de santé publique ou d’une autre organisation, tendent à être basés sur la théorie selon laquelle il y aura un régime qui aiderait tout le monde. Mais face à l’épidémie d’obésité, il semble que les lignes directrices n’ont pas été efficaces.

Maintenant, les chercheurs pensent savoir pourquoi. Ils ont utilisé quatre groupes différents de modèles animaux pour examiner comment différents régimes alimentaires affectent la santé sur une période de six mois. Ils ont choisi des régimes test pour refléter ceux mangés par les humains : un régime typique américain (plus riche en glucides gras et raffinés, en particulier le maïs) et trois autres qui ont obtenu une publicité plus « saine » : le régime méditerranéen (avec extrait de blé et de vin rouge ), le régime japonais (avec du riz et extrait de thé vert) et le régime cétogène, ou régime Atkins (riche en graisses et en protéines avec très peu de glucides). Un cinquième régime était celui du groupe témoin, qui a mangé la nourriture commerciale standard.

Réduire la consommation de viande et la remplacer par des poissons et des crustacés

Bien que certains régimes soi-disant sains aient bien fonctionné pour la plupart des individus, l’un des quatre types génétiques a très mal réagi en mangeant le régime semblable au régime japonais, par exemple. Le régime a créé une augmentation de graisse dans le foie et des marques de dommages au foie. Une chose semblable s’est produite avec le régime Atkins : deux types génétiques ont très bien réagi, et deux autres très mal.

Chez les humains, la réponse aux régimes alimentaires est généralement assez large. Les chercheurs voulaient donc découvrir, de manière contrôlée, quel était l’effet de la génétique. Ils ont mesuré les signes physiques, en particulier la preuve du syndrome métabolique, qui est un ensemble de signes et de problèmes liés à l’obésité, y compris l’hypertension artérielle et le cholestérol, le foie gras et les niveaux de sucre dans le sang. Ils ont également étudié les différences de comportement, comme l’exercice physique et la quantité de nourriture.

Notre ADN serait tout aussi important que ce que nous mangeons

Notre ADN serait tout aussi important que ce que nous mangeons


Les résultats ont démontré qu’un régime alimentaire qui rend un individu mince et en bonne santé pourrait avoir l’effet inverse complet sur un autre. L’objectif dans cette étude était de trouver le régime optimal. Mais ce que les chercheurs constatent, c’est que cela dépend beaucoup de la génétique de l’individu et qu’il n’y a pas un régime qui convienne à tout le monde.

Enfin, les effets sur la santé des régimes alimentaires étaient fortement dépendants du contexte génétique, ce qui démontre que les stratégies d’alimentation individualisées améliorent la santé. Une approche personnalisée, composée d’une diététique de précision et des recommandations diététiques individualisées peuvent donner de meilleurs résultats de santé que l’approche traditionnelle du « régime unique bon pour tous ».

Poisson, fruits et légumes, preuve émergente

Pour conclure, le travail futur de l’équipe de recherche se concentrera sur la détermination des gènes impliqués dans la réponse aux régimes alimentaires. Le but actuel des chercheurs est de développer un test génétique qui pourrait dire à chaque personne le meilleur régime pour sa propre constitution génétique. Aussi, les chercheurs pensent qu’il pourrait y avoir une différence géographique basée sur ce que vos ancêtres ont mangé.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Décembre 2017


Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s