L'anatomie cérébrale est impliquée dans nos choix alimentaires

L’anatomie cérébrale est impliquée dans nos choix alimentaires

Votre anatomie cérébrale peut jouer un rôle dans la détermination de vos choix alimentaires. En effet, selon une étude publiée le 20 juin 2018 dans The Journal of Neuroscience, le volume de matière grise dans deux régions du cerveau prédit la sélection d’aliments sains ou d’une cuisine savoureuse mais malsaine.

L’indulgence dans le choix d’une nourriture délicieuse mais malsaine ne peut pas nécessairement révéler un défaut de caractère. Au contraire, notre capacité à exercer la maîtrise de soi est liée à notre neurobiologie.

Une étude menée par une équipe composée notamment de membres de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM) de l’Université de la Sorbonne et de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), révèle que l’anatomie cérébrale est impliquée dans nos choix alimentaires.

Cerveau et alimentation

Cerveau et alimentation


La façon dont nous choisissons ce que nous mangeons dépend de deux mécanismes principaux. Nous attribuons d’abord une valeur à différents attributs tels que la saveur et la salubrité d’un aliment. Nous sélectionnons ensuite la nourriture ayant la valeur globale la plus élevée après avoir considéré l’importance que nous accordons à chacun des attributs.

Découverte de la synchronisation inter-cerveau

Pour déterminer s’il existe des structures cérébrales qui prédisent la capacité d’un individu à choisir des aliments sains, l’étude a examiné les choix alimentaires des participants dans quatre expériences et les données d’imagerie anatomique de leur cerveau pendant qu’ils faisaient leurs choix. 78 femmes et 45 hommes ont pris part aux quatre expériences.

Dans trois des expériences, les participants ont été placés dans un scanner IRM faisant une tâche identique. On leur a montré des photos d’aliments variés et on leur a demandé quelle quantité ils voulaient manger d’un aliment spécifique à la fin de l’expérience. On leur a dit de prendre leurs décisions en fonction de trois conditions : leur préférence habituelle, en se concentrant sur la saveur de la nourriture, et la salubrité de la nourriture.

Choix alimentaires et cerveau

Dans la quatrième expérience, les participants ont été invités à choisir un produit alimentaire en choisissant comme ils le feraient normalement, en choisissant un aliment, ou en s’abstenant de ce dont ils rêvaient. On a également demandé à ce groupe de participants d’indiquer le prix qu’ils paieraient pour un aliment pour obtenir le droit de le manger à la fin de l’expérience, avec des prix allant de 0€ à 2€.

Les données d’imagerie structurale des trois premières expériences montrent que le volume de matière grise dans le cortex préfrontal dorsolatéral (dlPFC) et le cortex préfrontal ventromédian (vmPFC) prédisent le choix d’aliments sains. En bref, les participants ayant plus de volume de matière grise dans les deux régions du cerveau montraient plus de discipline dans leurs choix alimentaires en accordant plus d’importance à la salubrité des aliments ou moins sur la saveur lorsqu’on leur demandait de se concentrer sur la salubrité des aliments. Les résultats de la quatrième expérience ont confirmé les résultats des autres expériences. Ensemble, les résultats ont montré pour la première fois que les différences dans la neuroanatomie du dlPFC et du vmPFC influencent la capacité des individus à faire des choix alimentaires sains.

Une nouvelle voie pour lutter contre les troubles alimentaires

Une nouvelle voie pour lutter contre les troubles alimentaires


Les résultats de cette étude pourraient constituer un premier pas vers de nouvelles recherches pour trouver une meilleure évaluation et des traitements des troubles alimentaires caractérisés par des capacités de contrôle dysfonctionnelles, comme l’anorexie mentale et le syndrome de frénésie alimentaire. Ils pourraient également aider au diagnostic précoce d’autres troubles alimentaires tels que l’obésité en aidant à identifier les patients à risque.

En effet, il n’est pas toujours très clair sur la façon dont il faut évaluer ces troubles. Le domaine de la psychiatrie recherche actuellement davantage des marqueurs biologiques en plus de leurs méthodes existantes. Un certain type de structure cérébrale pourrait potentiellement être l’un de ces marqueurs. Les chercheurs indiquent qu’ils peuvent également utiliser cette méthode pour caractériser les personnes qui présentent un risque de troubles de l’alimentation, et qui risquent de devenir obèses plus tard dans la vie.

Restriction calorique, obésité et cancer

Les résultats de l’étude n’impliquent pas que la maîtrise de soi des personnes soit limitée par des limites biologiquement prédéterminées. Dans ce que les scientifiques appellent « neuroplasticité », le cerveau humain a la capacité de s’adapter à des situations changeantes. Effectivement, le volume de matière grise, comme un muscle, peut être développé avec l’exercice.

Cela signifie que les gens peuvent renforcer leur maîtrise de soi à l’aide d’exercices de neurofeedback. « A l’avenir, nous pourrons peut-être proposer des interventions basées sur le cerveau, de sorte que vous puissiez changer la densité de la matière grise dans ces régions« , a déclaré l’un des auteurs.

Des résultats qui devraient influencer les politiques de santé publique

Des résultats qui devraient influencer les politiques de santé publique


Alors que les décideurs politiques cherchent à réduire les coûts importants des services de santé publique découlant de l’épidémie d’obésité mondiale, ils essaient de créer des environnements qui encouragent les gens à faire des choix alimentaires plus sains.

Cependant, ils doivent être conscients que les différences neurobiologiques individuelles affectent la façon dont les gens exercent une retenue dans le choix de ce qu’ils mangent. Certaines personnes sont plus sensibles à des messages basés sur la santé, d’autres sont plus sensibles à des messages basés sur le goût. Les résultats de l’étude impliquent que les différences dans la façon dont les gens réagissent pourraient être liées aux structures cérébrales des consommateurs.

L’élaboration d’un ensemble de messages de santé publique similaires pour toute une population est donc probablement une stratégie de communication inefficace pour les décideurs.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Juin 2018

Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.