Gestion des émotions face à l'échec

Être émotif après un échec améliore positivement une prise de décision future

« Voulez-vous que je vous donne une formule pour réussir ? C’est plutôt simple. Doublez votre taux d’échecs » Thomas J. Watson

Tout le monde a eu l’occasion de vivre des échecs dans sa vie. La réaction face à l’échec n’est pas toujours simple à gérer, surtout avec le lot d’émotions négatives qui survient. Les gens peuvent répondre et faire face à l’échec de plusieurs façons, mais souvent, les réponses reposent sur des mécanismes de traitement de l’information, un ensemble d’opérations sur les signaux nerveux.

Cependant, une étude publiée le 8 septembre 2017 dans le Journal of Behavioral Decision Making, explique qu’être émotif après l’échec vous aide à améliorer positivement la prochaine fois que vous allez être face à une prise de décision.

Dans cette étude, les chercheurs examinent les avantages potentiels de réponses relativement émotives (versus cognitives) à l’échec. Plus précisément : comment l’effort et le temps consacrés aux tâches ultérieures dépendent du fait que les personnes se concentrent principalement sur leurs émotions ou leurs connaissances lorsqu’elles répondent à un échec ?

Vivre pleinement les réponses émotionnelles à l'échec

Vivre pleinement les réponses émotionnelles à l’échec


Les réponses émotionnelles liées à l’échec sont plus efficaces que les réponses cognitives (processus cognitifs) pour améliorer les résultats lorsqu’une personne s’attaquera à une tâche connexe future. Les résultats de cette étude estiment qu’il peut être préférable de vous battre un peu plus la prochaine fois que vous échouerez à une tâche.

Menée par un professeur de marketing de l’Université du Kansas, l’étude a révélé que les réponses émotionnelles liées à l’échec sont plus efficaces que les processus cognitifs pour améliorer les résultats des gens pour la prochaine fois qu’ils s’attaqueront à la prochaine tâche connexe.

Comprendre comment la performance diffère lorsque l’on se concentre sur les sentiments par rapport aux pensées, pourrait vraiment avoir une incidence sur la façon dont les gens réfléchissent à leurs échecs, ou la façon dont les employeurs pensent aux échecs de leurs employés.

Jusqu’alors la littérature scientifique s’est concentrée davantage sur les types de pensées ou les types d’émotions, mais cette recherche s’intéresse à la différence entre une réponse émotionnelle et cognitive basique.

Echec : prise de décision future de façon positive

Les chercheurs ont mené trois expériences dans lesquelles des étudiants de premier cycle étaient tenus d’effectuer des tâches. Les étudiants ont été invités à rechercher en ligne un produit précis et à dénicher le prix le plus bas qu’ils pourraient trouver avec la possibilité de gagner un prix (lot) en espèces. Cependant, la tâche de recherche du prix était truquée et un ordinateur informait tous les participants que le prix le plus bas était moins élevé que ce qu’ils trouvaient. Aucun n’a eu la possibilité d’obtenir un lot en espèce.

Certains participants ont été invités à se concentrer sur les émotions alors qu’ils ont appris les résultats et d’autres sur leurs réponses cognitives, telles que la rationalisation des facteurs pour lesquels ils n’ont pas réussi. Au cours de la prochaine tâche similaire, les participants qui se sont concentrés sur leur réponse émotionnelle à l’échec ont exercé plus d’efforts que ceux qui ont souligné une réponse cognitive.

Se laisser mal à l’égard d’un échec pour améliorer ses performances

Se laisser aller vers ses émotions négatives à l’égard d’un échec pour améliorer ses performances


Se laisser aller vers ses émotions négatives à l’égard d’un échec pour améliorer ses performances plus que de penser à cet échec dans certains cas serait plus positif. Les types de pensées, comme la rationalisation d’un échec, poussent les gens à une tendance généralement contre-productive.

Les conclusions simples de cette étude indiquent que d’accepter de se sentir mal ou même de se concentrer sur les émotions négatives après un échec aidera à orienter la prise de décision future d’une manière positive, au moins si la tâche est similaire à celle que vous avez échouée auparavant.

Les chercheurs soulignent que « ces résultats sont utiles aux consommateurs eux-mêmes, aux employeurs, aux enseignants ou à toute personne qui s’occupe de la gestion de l’échec dans la prise de décision. Quelqu’un comme un gestionnaire ou un enseignant serait en mesure de guider les employés et les étudiants sur la façon dont ils répondent à l’échec, en espérant améliorer la façon dont la prochaine décision sera prise ».

Enfin, les recherches futures pourraient se concentrer sur la séparation des types spécifiques d’émotions et de pensées, car il se peut que les émotions spécifiques soient plus efficaces que d’autres, et certains types de pensées risquent de blesser ou d’aider plus que d’autres.

Une autre bonne nouvelle est que les résultats sont facilement applicables aux personnes qui pratiquent des techniques d’auto-motivation. Une tendance naturelle après l’échec est parfois de supprimer les émotions et rationaliser cognitivement l’échec, mais si les gens connaissent les effets négatifs possibles de ce comportement, ils peuvent annuler cette tendance naturelle et se concentrer sur les sentiments négatifs. « Cela devrait conduire à l’apprentissage et à la prise de décision future de façon positive » concluent les chercheurs.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Septembre 2017


Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s