Dormir plus longtemps conduit à une alimentation plus saine

Dormir plus longtemps conduit à une alimentation plus saine

Le sommeil est vital pour la santé physique et mentale. Par exemple, on sait que le sommeil protège notre mémoire ou que la qualité de notre sommeil peut prédire des troubles anxieux. D’ailleurs, le sommeil doit être la priorité parmi les bonnes résolutions, autant pour les petits que pour les grands.

Le sommeil a aussi un fort impact sur notre alimentation. Dormir plus longtemps chaque nuit peut aider à réduire la consommation d’aliments sucrés et conduire à un régime généralement plus sain.

Le sommeil est une clef de notre régime alimentaire

Le sommeil est une clef de notre régime alimentaire


Dormir plus longtemps fait partie d’un style de vie simple, même si pour certains ça semble être un luxe. En réduisant et en éliminant le temps passé et perdu devant les écrans électroniques, on peut gagner plusieurs heures de sommeil par semaine.

La conséquence d’un meilleur sommeil sur la santé est indiscutable. De plus, dormir suffisamment et plus longuement permettrait de réduire la consommation d’aliments sucrés et conduire à un régime plus sain. C’est ce que confirme une étude du King’s College de Londres (Royaume-Uni) publiée en novembre 2017 dans The American Journal of Clinical Nutrition.

Le sommeil est un facteur de risque modifiable pour diverses affections, y compris l’obésité et les maladies cardio-métaboliques, pourtant beaucoup de gens ne dorment pas suffisamment. Rappelons que « les pathologies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité avant 75 ans chez l’homme comme chez la femme, l’obésité touche 14,5% de la population française, et parmi les patients obèses, on compte 40% d’hypertendus. » Si le sommeil peut nous aider à faire baisser ces chiffres c’est tant mieux.

La durée et la qualité du sommeil sont un enjeu de santé publique

La durée et la qualité du sommeil sont un enjeu de santé publique


L’étude a examiné la faisabilité de l’augmentation des heures de sommeil chez les adultes qui dormaient généralement moins que le temps minimum recommandé qui est de sept heures par nuit.

Parallèlement à cela, les chercheurs ont entrepris une enquête pilote qui a examiné l’impact de l’augmentation des heures de sommeil sur l’apport en nutriments. Ils ont constaté que l’allongement des habitudes de sommeil entraînait une réduction de 10 grammes de l’apport déclaré de sucres par rapport aux niveaux de référence.

Les chercheurs ont également remarqué des tendances pour la réduction de la consommation de glucides totaux rapportés par le groupe de participants avec un sommeil plus long. Le fait de prolonger le sommeil a entraîné une réduction de la consommation de sucres et de sucres ajoutés aux aliments par les fabricants ou à la maison, ainsi que des sucres comme le miel, les sirops et les jus de fruits.

Techniques pour mieux diriger et se souvenir de nos rêves

Les 21 participants affectés au groupe avec un prolongement du sommeil ont entrepris une consultation de sommeil de 45 minutes qui visait à prolonger leur temps au lit jusqu’à 1,5 heure par nuit. 21 autres participants du groupe témoin n’ont reçu aucune intervention dans leurs habitudes de sommeil. Chaque participant du groupe avec le plus de sommeil a reçu une liste d’habitudes d’hygiène du sommeil adaptées à son mode de vie : éviter la caféine avant le coucher, établir une routine relaxante avant de s’endormir, ne pas aller au lit trop tard, heure du coucher régulière, etc.

Pendant les sept jours qui ont suivi la consultation, les participants ont gardé le sommeil et des carnets de repas estimés, ainsi qu’un détecteur de mouvements porté au poignet qui mesurait exactement le temps passé par les participants, ainsi que le temps passé au lit avant de s’endormir.

Techniques d'induction de rêves lucides

86% des personnes ayant reçu des conseils sur le sommeil ont passé plus de temps au lit et la moitié de leur temps de sommeil (de 52 minutes à près de 90 minutes). Trois participants ont atteint une moyenne hebdomadaire dans les sept à neuf heures recommandées. Il n’y avait pas de différence significative dans le groupe témoin.

Les données ont également suggéré, cependant, que ce sommeil prolongé peut avoir été de moindre qualité que le groupe témoin et les chercheurs croient qu’une période d’adaptation à toute nouvelle routine peut être nécessaire.

Les troubles du sommeil liés à la maladie d'Alzheimer

Enfin, la durée et la qualité du sommeil sont un domaine de préoccupation croissante pour la santé publique et a été lié comme un facteur de risque pour diverses pathologies. « Les habitudes de sommeil peuvent être modifiées avec une relative facilité chez les adultes en bonne santé en utilisant une approche personnalisée », précise l’étude.

Les résultats de cette étude suggèrent également qu’une augmentation du temps passé au lit pendant une heure ou plus peut mener à des choix alimentaires plus sains. Cela renforce encore le lien entre le sommeil de courte durée et les régimes de qualité inférieure qui a déjà été observé par des études antérieures.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Janvier 2018


Sources externes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.