Pourquoi les gens deviennent plus enclins à la distraction avec l'âge ?

Pourquoi les gens deviennent plus enclins à la distraction avec l’âge ?

Les fonctions cognitives ralentissent avec l’âge. La mémoire devient de moins en moins fiable et l’on se laisse plus facilement distraire.

Pour contrer et ralentir ce déclin, il est nécessaire d’avoir un sommeil suffisant et une bonne hygiène alimentaire. Il existe aussi des exercices qui permettent de pousser les performances mnésiques des personnes âgées au même niveau que celles des plus jeunes.

Le vieillissement cognitif est l’objet de plusieurs recherches qui souhaitent éclairer la compréhension de ce déclin et trouver de nouveaux traitements pour certaines maladies et troubles cognitifs.

L’un des sujets auquel les scientifiques ont trouvé une réponse se situe au niveau de la distraction. Un réseau cérébral spécifique, le locus cæruleus, qui contrôle notre capacité de concentration tout en étant stressé, semble s’affaiblir à mesure que nous vieillissons, interférant avec notre capacité à nous concentrer.

Les adultes plus âgés semblent plus facilement distraits par des informations non pertinentes que les plus jeunes lorsqu’ils éprouvent du stress ou des émotions puissantes — et un réseau spécifique dans le cerveau récemment identifié comme l’épicentre de la maladie d’Alzheimer et de la démence peut être à blâmer.

La distractibilité accrue est un signe de vieillissement cognitif

La distractibilité accrue est un signe de vieillissement cognitif


Une étude, menée par l’USC Leonard Davis School of Gerontology (Californie, États-Unis), révèle que le manque d’attention des personnes âgées est associé au locus coeruleus, une minuscule région du tronc cérébral qui se connecte à de nombreuses autres parties du cerveau. Le locus coeruleus aide à concentrer l’activité cérébrale pendant les périodes de stress ou d’excitation.

Publiée le 7 mai 2018 dans la revue Nature Human Behavior, l’étude a révélé que les adultes plus âgés sont encore plus sensibles à la distraction en cas de stress ou d’excitation émotionnelle, ce qui indique que la capacité du noyau à intensifier le foyer s’affaiblit avec le temps.

Essayer d’accomplir une tâche augmente l’excitation émotionnelle, et les jeunes adultes ne réagissent pas de la même façon que les adultes plus âgés devant des informations distrayantes. Par exemple, si un adulte plus âgé effectue un test de mémoire dans le cabinet d’un clinicien, il peut essayer de se concentrer mais sera plus facilement distrait qu’un adulte plus jeune par d’autres pensées ou bruits en arrière-plan.

Nouvelles pistes contre la maladie d'Alzheimer et la démence

Nouvelles pistes contre la maladie d’Alzheimer et la démence


Des recherches antérieures par le même laboratoire ont mis en évidence le locus coeruleus et ses rôles dans la cognition et la mémoire. Actuellement, les scientifiques se concentrent sur l’étude de la fonction du locus coeruleus au cours du vieillissement et de la maladie d’Alzheimer.

Le locus coeruleus semble être l’un des premiers sites de la pathologie liée à la protéine tau, les enchevêtrements qui sont une caractéristique de la maladie d’Alzheimer. « Les signes initiaux de cette pathologie sont évidents dans le locus coeruleus chez la plupart des gens avant l’âge de 30 ans« , précise l’étude. Il est donc essentiel de mieux comprendre comment la fonction du locus coeruleus change avec l’âge.

Avec le raz-de-marée de la maladie d’Alzheimer dans le monde, il est impératif que les scientifiques concentrent leurs recherches sur la prévention, le traitement et la guérison potentielle. La maladie effaçant la mémoire est l’un des plus grands défis de santé du siècle, affectant 1 personne âgée sur 3 et coûtant plusieurs milliards par année.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on estime aujourd’hui à 47,5 millions le nombre de personnes dans le monde atteintes de démences. La maladie d’Alzheimer est impliquée dans 60 à 70 % des cas. Le nombre de nouveaux cas de démence par an est d’environ 7,7 millions et l’OMS estime que le nombre total de personnes atteintes de démence devrait atteindre 75,6 millions en 2030 et à 135,5 millions en 2050. Ainsi, le nombre de personnes atteintes de démences devrait presque doubler tous les 20 ans. via Fondation pour la recherche médicale.

Le grand rôle d'une minuscule région cérébrale
Locus coeruleus, « la tache bleue » en latin © gero.usc.edu

🧠 Le grand rôle d’une minuscule région cérébrale


Le locus coeruleus se connecte à de nombreuses parties du cerveau et contrôle la libération de l’hormone noradrénaline, qui influence l’attention, la mémoire et la vigilance. Normalement, la noradrénaline augmente le gain sur l’activité neuronale — les neurones hautement actifs deviennent plus excités, tandis que les neurones moins actifs sont supprimés.

Les chercheurs ont enregistré l’activité physiologique et l’activité du locus coeruleus chez 28 adultes plus jeunes et 24 adultes âgés en utilisant les deux scanners cérébraux et la mesure de la dilatation pupillaire dans les yeux des participants — un marqueur extérieur visible de l’excitation émotionnelle et de l’activité du locus coeruleus.

Pendant les scanners, les participants à l’étude ont observé des paires de photographies — l’une d’un bâtiment et l’autre d’un objet. Les images ont été manipulées de sorte que parfois le bâtiment était clairement visible et mis en évidence alors que l’objet était visiblement plus faible, et d’autres fois, vice-versa. Pour chaque paire, les participants devaient indiquer quelle image était en surbrillance.

Certains essais ont commencé par une précision qui a averti les participants qu’ils pourraient recevoir un choc électrique à la fin de l’essai. D’autres essais ont commencé par une précision indiquant qu’il n’y aurait pas de choc. Les participants ont montré une plus grande dilatation de la pupille et de la sueur pendant les essais quand ils pouvaient avoir un choc, ce qui indique une plus grande excitation physiologique.

des adultes en bonne santé âgés de 65 ans et plus

Une connexion perturbée chez les personnes âgées


La « zone de lieu » parahippocampique du cerveau devient active quand une personne regarde des images de lieux. « L’attention spatiale est une famille de processus cognitifs qui nous permet d’interagir de façon efficace avec notre environnement, en sélectionnant les stimuli importants et en inhibant les distracteurs. »

Chez les adultes plus jeunes, s’attendre à un choc amplifié l’activité dans cette zone quand ils ont regardé l’image claire et mise en évidence du bâtiment. L’activité a diminué quand ils ont vu une image faible, non mise en évidence.

Les voies dans leurs cerveaux reliant le locus coeruleus, et le réseau de fronto-parietal — les régions du cortex du cerveau qui aident à contrôler l’attention et la possibilité d’ignorer  — étaient ininterrompues. Cela leur a permis d’ignorer plus efficacement l’information qui n’était pas importante.

Le locus coeruleus et le réseau de fronto-parietal
Locus coeruleus © gero.usc.edu

Cependant, les adultes plus âgés ont montré moins d’activité dans le réseau fronto-pariétal en anticipant un choc. Leur réseau ne semble plus répondre efficacement aux signaux du locus coeruleus.

Ils ont également montré une plus grande activité dans la zone de l’attention spatiale lors de l’attente d’un choc, indépendamment du fait que l’image a été mise en évidence ou non.

Ainsi, pendant l’excitation émotionnelle, les adultes plus âgés ont montré plus d’activité associée aux images, qu’elles se soient démarquées ou non, tandis que les adultes plus jeunes sont devenus plus sélectifs sous l’excitation, se concentrant seulement sur les images les plus saillantes.

Enfin, déchiffrer exactement comment ces changements dans le cerveau se produisent en vieillissant pourrait un jour aider les scientifiques à découvrir comment protéger le cerveau contre le déclin cognitif et la perte de fonction.

En attendant que des solutions efficaces soient révélées, plusieurs études montrent que le sommeil, l’alimentation (boire du thé,…), faire des exercices physiques réguliers, réduire l’utilisation des outils numériques, pratiquer la méditation et le yoga permettent de prendre soin de son corps et vieillir en bonne santé cognitive.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Mai 2018

Sources externes

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.