Une alimentation riche en poisson et en légumineuses peut aider à retarder la ménopause

Une alimentation riche en poisson et en légumineuses peut aider à retarder la ménopause

Une alimentation riche en poisson et en légumineuses peut aider à retarder la ménopause naturelle, tandis qu’un apport alimentaire élevé en glucides raffinés, tels que les pâtes et le riz, pourrait aider à accélérer la ménopause.

Ces résultats scientifiques sont suggérés par une étude britannique publiée le 30 avril 2018 dans le journal BMJ (Journal of Epidemiology and Community Health).

Ménopause et alimentation

Ménopause et alimentation


Plusieurs facteurs génétiques, comportementaux et environnementaux sont supposés être impliqués dans le moment de la ménopause, et certaines études ont impliqué un régime alimentaire.

Pour approfondir cette question, les chercheurs ont fait appel à des participants de l’étude britannique Women’s Cohort Study (UKWCS), qui a rassemblé plus de 35 000 femmes âgées de 35 à 69 ans originaires d’Angleterre, d’Écosse et du Pays de Galles.

Les femmes ont fourni des informations sur des facteurs potentiellement influents tels que les antécédents de poids, les niveaux d’activité physique, les antécédents sur le plan de la maternité et de la sexualité, et l’utilisation d’un traitement hormonal substitutif (THS).

Les chercheurs ont également estimé les quantités de 217 aliments que les participantes mangeaient chaque jour en remplissant un questionnaire sur la fréquence des aliments. Les produits alimentaires ont été rassemblés en groupes en fonction de leurs utilisations culinaires. De plus amples informations sur le moment où les femmes ont traversé la ménopause ont été recueillies 4 ans plus tard.

Les glucides raffinés accélèrent la ménopause

Les glucides raffinés accélèrent la ménopause


Les glucides raffinés c’est quoi ? Les glucides raffinés – ou hydrates de carbone raffinés – sont des produits d’alimentation céréaliers transformés l’industrie alimentaire afin que le grain entier soit modifié. Ce processus de raffinage et de broyage a pour conséquence l’élimination des fibres alimentaires, des vitamines et des minéraux.

En tout, quelque 14 000 femmes ont fourni des informations, et l’analyse finale a porté sur les 914 femmes qui avaient vécu la ménopause naturellement après l’âge de 40 ans et avant l’âge de 65 ans. L’âge moyen à la ménopause était de 51 ans et certains aliments semblaient être associés à son âge.

Les glucides raffinés et la ménopause

Chaque portion quotidienne supplémentaire de glucides raffinés – en particulier les pâtes et le riz – était associée à l’atteinte de la ménopause 1,5 ans plus tôt, après prise en compte des facteurs potentiellement influents.

Mais chaque portion supplémentaire de poisson gras et de légumineuses fraîches a été associée à un retard de plus de trois ans. Des apports plus élevés en vitamine B6 et en zinc ont également été associés à la ménopause tardive.

Des résultats similaires ont émergé lorsque l’analyse a porté sur des groupes particuliers. Par exemple, manger de la viande était associé à la ménopause arrivant presque un an plus tard qu’un régime végétarien.

Parmi ceux qui n’étaient pas végétariens, des portions quotidiennes de collations salées ont été associées à l’arrivée de la ménopause presque 2 ans plus tôt, tandis qu’une consommation plus élevée de poisson gras et de légumineuses fraîches était liée à une ménopause plus tardive de plus de 3 ans.

Consommation plus élevée de poisson gras et de légumineuses fraîches

De même, chez les mères, une consommation plus élevée de poisson gras et de légumineuses fraîches était associée à une ménopause tardive, tandis que des portions quotidiennes supplémentaires de pâtes, de riz et de collations salées étaient associées à une ménopause précoce.

Chez les femmes sans enfant, manger plus de raisins et de volaille était significativement associé à la ménopause tardive. La maturation et la libération des œufs sont affectées négativement par les espèces réactives de l’oxygène, donc une consommation élevée de légumineuses, qui contiennent des antioxydants, peut contrer cela, en préservant les menstruations plus longtemps, suggèrent les chercheurs, dans le but d’expliquer les résultats. Et les acides gras oméga-3, qui sont abondants dans les poissons gras, stimulent la capacité antioxydante dans le corps.

Les glucides raffinés augmentent le risque de résistance à l'insuline

Les glucides raffinés augmentent le risque de résistance à l’insuline


D’autre part, les glucides raffinés augmentent le risque de résistance à l’insuline, ce qui peut interférer avec l’activité des hormones sexuelles et augmenter les niveaux d’œstrogènes, ce qui pourrait augmenter le nombre de cycles menstruels et réduire l’apport d’ovules plus rapidement.

Les végétariens consomment aussi beaucoup d’antioxydants, mais ils sont également susceptibles de manger beaucoup plus de fibres et moins de graisses animales que les carnivores, qui sont associés à de faibles niveaux d’œstrogènes, qui peuvent également modifier le moment de la ménopause.

Enfin, ceci est une étude observationnelle, et en tant que telle, ne peut pas prouver la causalité. Les questionnaires sur la fréquence des aliments sont sujets à un rappel erroné, et l’échantillon de l’étude était également plus riche et plus soucieux de la santé que la moyenne, ce qui pourrait avoir influencé les résultats.

Les femmes qui traversent prématurément la ménopause

Mais les femmes qui traversent prématurément la ménopause courent un risque accru d’ostéoporose et de maladie cardiaque, alors que celles qui y accèdent plus tard courent un risque accru de cancer du sein, de l’utérus et de l’ovaire, selon les chercheurs.

Pour conclure, ces résultats confirment que le régime alimentaire peut être associé à l’âge à la ménopause naturelle, ce qui peut être pertinent au niveau de la santé publique puisque l’âge à la ménopause naturelle peut avoir des conséquences sur les futurs résultats de santé.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Mai 2018

Sources externes

  • « Dietary intake and age at natural menopause: results from the UK Women’s Cohort Study. » Journal of Epidemiology and Community Health, 2018; DOI: 10.1136/jech-2017-209887

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.