La qualité d'un régime alimentaire affecte le microbiome du côlon

La qualité d’un régime alimentaire affecte le microbiome du côlon

Les liens entre la qualité de notre régime alimentaire et notre santé sont évidents pour certains humains.

Mais un nombre graduel d’études apportent de plus en plus de preuves sur les impacts beaucoup plus profonds que ce que chacun peut présumer.

Bien que les dégâts causés, comme le risque de cancer, par les aliments ultra-transformés de la malbouffe, s’avouent plus facilement aujourd’hui, il est encore nécessaire de faire comprendre au plus grand nombre l’importance de la qualité de l’alimentation.

A ce jour, la plupart des recherches sont des études d’observation qui ne montrent qu’un lien entre l’ingestion de nourriture et la survenue d’un cancer.

Cependant, les mécanismes à la base de ces corrélations font encore l’objet de recherches plus approfondies.

Ces derniers temps, les chercheurs veulent améliorer les connaissances en abordant la composition du microbiome associée à différents régimes alimentaires de qualité.

Pour abonder dans ce sens, une étude publiée le 10 juillet 2019 dans la revue The American Journal of Clinical Nutrition révèle le lien considérable entre la qualité du régime alimentaire et la composition du microbiome dans la muqueuse humaine du côlon.

Alimentation et composition du microbiome dans la muqueuse humaine du côlon


L’étude du lien entre la qualité du régime alimentaire et la composition du microbiome dans la muqueuse humaine du colon a révélé qu’un régime alimentaire de haute qualité est associé à des bactéries potentiellement plus bénéfiques.

A contrario, un régime alimentaire de mauvaise qualité est associé à une augmentation du nombre de bactéries potentiellement nocives.

Il est bien établi que le régime alimentaire influe sur la santé et la maladie, mais les mécanismes sous-jacents à cet effet ne sont pas entièrement compris.

En éclaircissant les liens entre l’alimentation et la santé, ces résultats démontrent une association entre la qualité de l’alimentation et la composition du microbiome dans la muqueuse colique humaine.

« La muqueuse colique (du colon) génère en permanence une couche de mucus jouant à la fois un rôle de protection et de lubrification du transit intestinal. Si la quantité et/ou la qualité de ce mucus est altérée, il y a pathologie ; c’est le cas dans les maladies inflammatoires de l’intestin, plus ou moins selon la gravité et l’étendue de la maladie. »

La modification du microbiome par le biais du régime alimentaire doit faire partie des nouvelles stratégies


En effet, les chercheurs ont découvert qu’un régime alimentaire de haute qualité est associé à des bactéries potentiellement plus bénéfiques, alors qu’un régime de mauvaise qualité est associé à une augmentation de bactéries potentiellement nocives.

De la sorte, ils proposent que la modification du microbiome par le biais du régime alimentaire puisse faire partie d’une stratégie visant à réduire le risque de maladies chroniques.

Dans cette étude, plutôt que de regarder les régimes individuels, les auteurs se sont concentrés sur les habitudes alimentaires telles que définies par le Healthy Eating Index (HEI) et leur lien avec le microbiome.

Le HEI est un indice d’alimentation saine publié aux États-Unis par le Centre de la politique et de la promotion de la nutrition du Département de l’agriculture des États-Unis (United States Department of Agriculture’s, USDA).

L’indice d’alimentation saine est une mesure de la qualité de l’alimentation utilisée pour évaluer dans quelle mesure un ensemble d’aliments est conforme aux recommandations diététiques clés de cet indice (HEI).

Ces recommandations diététiques sont destinées aux professionnels de la nutrition et de la santé afin d’aider les individus dès l’âge de 2 et les familles à adopter un régime alimentaire sain et adéquat sur le plan nutritionnel.

Notons, que dans une étude précédente, les mêmes auteurs ont constaté que cet indice d’alimentation saine est associé à un risque réduit de cancer du pancréas.

Qualité de notre alimentation et structure de la communauté microbienne dans l’intestin


L’alimentation est considérée comme l’un des principaux facteurs influant sur la structure de la communauté microbienne dans l’intestin.

De plus, elle affecte de manière significative la capacité de l’ensemble des bactéries, champignons et autres micro-organismes bénéfiques ou nocifs à la coloniser.

Le microbiome intestinal humain influe également sur l’absorption de nutriments, la synthèse de vitamines, la récupération d’énergie, l’inflammation chronique, le métabolisme cancérigène et la réponse immunitaire et métabolique de l’organisme. Tous ces facteurs peuvent influer sur le risque de maladie.

L’étude a principalement examiné le microbiome associé à la muqueuse colique, car « la plupart des autres études sur le microbiome intestinal humain ont utilisé des échantillons de selles », soulignent les auteurs.

Effectivement, dans le cadre de leur étude, ils ont examiné le microbiome associé aux muqueuses du côlon, car ce microbiome est différent de celui des échantillons de selles, et serait davantage lié à l’immunité humaine et à l’interaction hôte-microbiome que le microbiome dans les échantillons de selles.

Afin d’obtenir leurs résultats, les chercheurs ont utilisé des techniques de séquençage de nouvelle génération pour analyser le type et l’abondance des bactéries présentes dans les biopsies de la muqueuse colique.

Les échantillons ont été prélevés par endoscopie sur des participants âgés de 50 à 75 ans et ayant subi une coloscopie entre 2013 et 2017.

Les participants étaient exempts de polypes et semblaient en bonne santé. Ils ont rapporté leur consommation alimentaire en utilisant un questionnaire avant la coloscopie.

La qualité de l’alimentation influence considérablement le microbiome du côlon


Les auteurs ont constaté qu’un régime alimentaire de bonne qualité suivant les recommandations des directives diététiques du Healthy Eating Index (HEI) a de nombreux avantages.

Ce régime, riche en fruits, en légumes et en grains entiers, et pauvre en sucre ajouté, en boissons alcoolisées et en mauvaises graisses, est associé à une plus grande abondance de bienfaits et de bactéries bénéfiques telles que celles ayant des propriétés anti-inflammatoires.

En revanche, un régime alimentaire de mauvaise qualité est associé à des bactéries plus potentiellement pathogènes, telles que des variétés de Fusobacterium nucleatum (une bactérie anaérobique invasive, adhérente et inflammatoire). Ces bactéries sont associées au cancer colorectal.

Les chercheurs proposent que l’effet du régime alimentaire sur la structure des communautés bactériennes de la muqueuse colique humaine puisse entraîner des modifications de l’immunité innée, de l’inflammation et du risque de maladies chroniques.

La prochaine étape consiste à confirmer les résultats de l’étude dans une population plus vaste. Notamment, ils doivent étudier la manière dont les produits bactériens, ou métabolites, tels que les acides gras à chaîne courte ou les acides biliaires secondaires, peuvent modifier le microenvironnement tissulaire en un environnement qui inhibe ou favorise la croissance tumorale ou le développement d’autres maladies.

Enfin, « d’autres facteurs, tels que le vieillissement, la génétique ou certains médicaments, influencent également le risque de maladie, mais ces facteurs ne peuvent pas se modifier », concluent les auteurs.

En revanche, le régime alimentaire peut être modifié et devenir une stratégie pour développer un microbiome favorisant une vie saine et visant à réduire le risque de maladies chroniques.

© Blog Nutrition Santé – Jimmy Braun – Juillet 2019

Chacun son régime ! Livre Nutrition Santé

Ce blog nutrition santé n’a pas vocation à remplacer votre relation avec votre médecin traitant. Les renseignements contenus sur le Blog Nutrition Santé sont tous rédigés avec des sources scientifiques et ne peuvent pas répondre à des questions médicales spécifiques, mais sont donnés à des fins purement informatives et complémentaires.

Lire la suite.

Sources externes


Yanhong Liu, Nadim J Ajami, Hashem B El-Serag, Clark Hair, David Y Graham, Donna L White, Liang Chen, Zhensheng Wang, Sarah Plew, Jennifer Kramer, Rhonda Cole, Ruben Hernaez, Jason Hou, Nisreen Husain, Maria E Jarbrink-Sehgal, Fasiha Kanwal, Gyanprakash Ketwaroo, Yamini Natarajan, Rajesh Shah, Maria Velez, Niharika Mallepally, Joseph F Petrosino, Li Jiao. Dietary quality and the colonic mucosa–associated gut microbiome in humans. The American Journal of Clinical Nutrition, 10 juillet 2019 ; DOI: 10.1093/ajcn/nqz139, https://academic.oup.com/ajcn/advance-article-abstract/doi/10.1093/ajcn/nqz139/5530748

Photos Olliss ; Ehimetalor Unuabona ; Daria Shevtsova ; Trang Doan ; Elsa Olsson

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.